La pelle du 18 juin

catégorie: 
La pelle du 18 juin
#LA PELLE DU 18 JUIN 18 joints. L'Celsius suce les cieux. Sous l'arrêt d'bus, c'est l'sauna, pas l'sénat. Scratché au fauteuil. Dans l'quatre-un. Une pute s'pointe. Ma pine penche pour son arrière-train, et ma langue pâteuse lapsusse c'te prose: "éh pussy, tu suces ?" Flop... Fuck... Un silence flou lui fend l'air au cul. Son regard de kalach m'éclaire la fente oculaire, me déchire le bulbe et flagelle mon cœur d'cocu. La belle s'balance en bout d'banc et bat du pupillaire. Croisement d'cuisses lisses. Rousseurs sur sa face et ses fesses. Ses orteils au bondage s(c)andaleux m'effleurent un rien... God bless ! La déesse est une diablesse ! J'encaisse mes faiblesses, Langue pendante. C'qu'elle est bandante, ses seins sans soutien ! Sa mère ! Ses globes mammaires exhortent mes oculaires ! Mes neurones s’obnubilent à dénicher ces tétons volubiles de c'te prison d'coton collé-serré. Assortie à ses capillaires sa bouche orange sanguine déclenche mon Tchernobyl. La fouine rouquine et coquine m'reluque et couine. J'marmonne "Wesh té bonne Simone ! Tu sens l'hormone ! On s'fait un tour d'bus ?" Amen ! Y'a l'bus qui s'ramène ! Avec ses tétines, elle décolle ses fesses et mes rétines... Fuck me ! 'Faut que j'flaire et déflore sa pussy fleur ! J'la sniffe et kife massif. La morue m'sèche et m'ventouse, son tentacule pompant mon dard, d'ses formes elle m'épouse et m'roule une pelle orgasmique. Même pas peur l'rottweiler ! C'est à c'moment-là qu'Franco phone mon zero six. Elle choppe l'vibro et lui fait goûter son underground... Hola ! La nouvelle éros désauce ma saucisse Elle s'hisse aux cas des mythes immortels. Fin d'round.
Disponibilité: 
La pelle du 18 juin