Japon

Le Japon est un pays incroyable, dont l'histoire mais aussi le présent, en font une contrée à part, ce qui se traduit notamment par une culture, un art, une population et une mixité traditionnel/moderne hors du commun, hyper-spécifique, en un mot... japonais.

japon / japan / japonais / japanese

filtrer › tout / BD / illustration / photo / estampe
affichage › vignette /liste / intégral / diaporama

Karasu Tengu & Nue yokai (poster)

catégorie: 

[EDIT] Cette illustration est disponible:

  • en impression poster au format A3 sur du papier recyclé 120gr/m2 à 7€ !
  • carte postale au format A6 (10,5 x 14,8cm) sur papier 300gr recyclé

Karasu-Tengu et yokai Nue en geisha

Couverture du fanzine Beta #3, sorti en Janvier 2017, lors du changement du signe astrologique chinois et japonais: passage du singe au coq.

Cette illustration représente un karasu tengu à masque d'oiseau et un Nue à masque de singe (tous deux des yokais, créatures du folkore japonais), sous les trait d'une jolie geisha dont on voit le sein nu et le tatouage. Elle a une queue de singe, tient une tasse de saké et observe des orchidées Orchis simia (singe) alors que le Karasu tengu déploie ses ailes.

Disponibilité: 

Kitsune et Hitotsume kozo (poster)

catégorie: 

[EDIT] Cette illustration est disponible:

  • en impression poster au format A3 sur du papier recyclé 120gr/m2 à 7€ !
  • carte postale au format A6 (10,5 x 14,8cm) sur papier 300gr recyclé

Kitsune et Hitotsume kozo yokai pour la couverture du fanzine Beta #2

Quand le yokai Kitsune a bu ou est désemparée, elle oublie parfois de cacher sa queue de renard. Ici elle était transformée en geisha attachée en bondage shibari dans une vieille maison Ryokan avec des tatamis et portes shoji.
Le yokai cyclope hitotsume kozo compte bien profiter de la situation avec sa grande langue et…

Disponibilité: 

Akaname (poster)

catégorie: 

[EDIT] Cette illustration est disponible:

  • en impression poster au format A3 sur du papier recyclé 120gr/m2 à 7€ !
  • carte postale au format A6 (10,5 x 14,8cm) sur papier 300gr recyclé texturé

Akaname, yokais qui squatte les salles de bain crados à la recherche de crasse à lécher, nettoie les pieds d'une apprenti geisha dans son bain, ayant couru dans la boue une nuit d'été pluvieuse.
Couverture du Beta #4

Disponibilité: 

Akaname

catégorie: 

[EDIT] La version couleur est disponible en impression poster A3

Akaname, yokais qui squatte les salles de bain crados à la recherche de crasse à lécher, nettoie les pieds d'une apprenti geisha dans son bain, ayant couru dans la boue une nuit d'été pluvieuse.
Couverture du Beta #4

Disponibilité: 

Mise en couleur sous Photoshop - disponible en impression poster A3

Akaname - Yokais #1

catégorie: 

Akaname est le premier chapitre de Yōkais (monstre japonais qui ont fait les couvertures des quatre premiers Beta), cette histoire de la journée d’une geisha pourrait aussi être une introduction à Teruha, la geisha aux neuf doigts...

Je me rapproche lentement des codes du manga, dans le découpage de l’histoire et des pages, l’utilisation de beaucoup de gris (à la place des trames de petits points et des traits de mouvements), une lecture davantage verticale qu’horizontale, un nombre réduit de cases par page, la présence de marges, des cases à fond perdues en bas et en haut...

Publié dans le fanzine Beta #4

Karasu Tengu & Nue yokai

catégorie: 

Karasu Tengu & Nue yokai - illustration originale (encre de Chine)

[EDIT] La version couleur est disponible en impression poster A3

Karasu-Tengu et yokai Nue en geisha

Couverture du fanzine Beta #3, sorti en Janvier 2017, lors du changement du signe astrologique chinois et japonais: passage du singe au coq.

Cette illustration représente un karasu tengu à masque d'oiseau et un Nue à masque de singe (tous deux des yokais, créatures du folkore japonais), sous les trait d'une jolie geisha dont on voit le sein nu et le tatouage. Elle a une queue de singe, tient une tasse de saké et observe des orchidées Orchis simia (singe) alors que le Karasu tengu déploie ses ailes.

Disponibilité: 

Karasu Tengu & Nue yokai - version couleur (Photoshop)

Nue yokai

catégorie: 

version couleur (Photoshop)

[EDIT] Cette illustration est aussi disponible en carte postale au format A6 (10,5 x 14,8cm) sur papier recyclé 300gr/m2

En 2016, c'était l'année du singe dans l'astrologie chinoise et japonaise - Ce dessin couleur est la deuxième de couverture du fanzine Beta #3 !

Un nue (鵺) est une créature fantastique de la mythologie japonaise. Elle a la tête d'un singe, le corps d'un chien viverrin, les pattes d'un tigre et un serpent à la place de la queue. Un nue peut aussi se transformer en nuage noir et voler. À cause de son apparence, il est souvent appelé chimère japonaise.

Les nue sont censés être porteurs de malchance et de maladie. Une légende racontée dans le Dit des Heike décrit comment l'empereur du Japon tomba malade après qu'un nue eut décidé de s'installer au sommet du palais durant l'été 1153. Après que le samouraï Minamoto no Yorimasa eut tué la créature à coup de flèches, l'empereur guérit.

 

Disponibilité: 

Version dessin original : encre de Chine - A4

Karasu Tengu

catégorie: 

[EDIT] Cette illustration est aussi disponible en carte postale au format A6 (10,5 x 14,8cm) sur papier recyclé 300gr/m2

Masque japonais de coq - en 2017, c'est l'année astrologique du coq

WIKIPEDIA: Les tengu (天狗?, « chien céleste ») sont un type de créatures légendaires de la religion populaire japonaise, et ils sont aussi considérés comme des dieux shinto (kami) ou comme des yōkai. Bien que leur nom contienne le mot « chien » comme le démon chinois Tiāngǒu, les tengu, à l'origine, prenaient la forme de rapaces, et ils sont traditionnellement représentés avec des caractéristiques à la fois humaines et aviaires. Les plus anciens tengu sont dépeints avec des becs, mais ce trait a souvent été humanisé en un nez anormalement long, qui est actuellement largement considéré comme la caractéristique définissant le tengu dans l'imaginaire populaire.

Le Karasu Tengu sont donc le penchant "tête d'oiseau" et fait partie des Yokais les plus puissants !

Disponibilité: 

Kitsune et Hitotsume kozo

catégorie: 

Original à l'encre de Chine

[EDIT] La version couleur est disponible en impression poster A3

Kitsune et Hitotsume kozo yokai pour la couverture du fanzine Beta #2

Quand le yokai Kitsune a bu ou est désemparée, elle oublie parfois de cacher sa queue de renard. Ici elle était transformée en geisha attachée en bondage shibari dans une vieille maison Ryokan avec des tatamis et portes shoji.
Le yokai cyclope hitotsume kozo compte bien profiter de la situation avec sa grande langue et…

Disponibilité: 

Version couleur pour la couverture du fanzine Beta #2 - L'estampe japonaise est en cours d'impression (les plaques de bois sont gravées !)

Shibari : kitsune & Hitotsume Kozo - WIP

catégorie: 

Ici je pars d'une vielle photo de bondage japonais
Here I start from an old picture of japanese bondage

Encrage de la couverture du Beta #2 !
Inking of the Beta #2 cover !

Pour cette couverture, je veux rester dans la lignée de la couverture du Beta #1: une estampe japonaise représentant un / des yokais, monstres traditionnels du folklore japonais: le choix de la couverture équivaut donc au choix du yokai ! Kitsune !
Bien sûr, pour une couverture, il faut avoir en tête le recto qui sera à droite et le verso à gauche, et surtout la ligne de pli.

For this cover, I wanted to stay in the same line as the cover of the Beta #1: a japanese woodblock print representing some yokai, traditionnal monsters of the japanese folklore: the choice of the cover is thus the choice of the yokai ! Kitsune !
Of course, for a cover, you must keep in mind that the front will be on the right and the back on the left, and most of all the fold-line.

placer les éléments et affiner les éléments importants
Place elements and make more precise the important ones

Je n'aimais pas le visage: trop petit, trop manga
I didn't like the face of the geisha so I erase it : too small, too much manga style

là c'est mieux
here is better

vérifier l'équilibre entre les tailles de corps et de la tête
check the balance between body and face size

le support en bois + une équerre = le plus simple pour faire des parallèles ! Pour les "carreaux" des portes shoji, le pilier...
the wood support + the set square (drawing triangle) = the most simple to draw parallels ! for the shoji door squares, for the abutment

le crayonné terminé
the finished drawing / sketch

début de l'encrage
starting of the inking

ajout de volume dans la queue
adding volume in the tail

les cheveux: délimiter les zones brillantes facilite l'application des noirs
hairs: limit the bright areas make it easy to put blacks

ne pas faire tous l'encrage sans rincer le pinceau: de l'encre s'accumule
Do not make the entire inking without rinse your brush: some ink accumulate here

à la fin d'utilisation, nettoyer au savon de marseille
at the end of utilisation, clean with olive soap

on peut laisser le pinceau sécher avec un peu de savon de marseille, ce qui préserve et nourrit le poil de martre Kolinsky
We can let the brush dry with a few olive soap, which nourish and preserve the kolinsky sable brush

Avant de commencer, je me sers du cadre de bois pour tracer des marges où aucun element importants ne doit être = marge + bord perdu à la coupe lors de l'impression du fanzine
Before starting, I use the wood frame to trace margins inside which nothing importants should be = margin + bleed lost during cutting process when they print the fanzine

suite: les shoji, portes traditionnelles en papier des anciennes maisons ryokan au Japon
next: shojis, traditionnel paper doors in the ancient ryokan houses in Japan

l'encrage est fini ! C'est la pleine lune, et j'ai décidé au dernier moment en regardant les paysages traditionnels des ukiyo-e (anciennes estampes de la période d'Edo) d'ajouter le Mont Fuji !
Inking is finished ! It's the full moon, and I decided at the last minute, when I looked at the landscapes of the ukiyo-e (old woodblock prints of edo period) to add mount Fuji !

This is the end

catégorie: 

›› la suite de la page 1, c'est plus bas ! Oui... non... encore un poil...

Ben ça y est !!
C'est la fin de 6 mois de trip en Asie... et la fin de pas mal de trucs en fait... Je ne suis pas sûr de savoir véritablement encore lesquels, mais par exemple la fin d'une peau non illustrée -comprenez tatouée- la fin d'un certain coinçage de cul niveau bouffe et pas mal d'autre trucs... Enfin, sauf que pour ces derniers, ce n'est peut-être que le début... de la fin. Puisque sans nul doute il faudra encore longtemps désapprendre les comportements mis en place à la suite d'expériences passées plus ou moins merdiques, ou d'enseignements par cette sublissime éducation ± nationale,  souvent trop éloignée d'un véritable apprentissage de la vie. Non. Ce dernier, c'est en vivant la vie (non parce qu'en vivant la mort c'est plus difficile, vu qu'il faut un certain temps de pratique, hein...) et donc en la pratiquant que l'on va faire des essais/erreurs. Là on voit bien que la dualité de la chose (réussite/erreur, début/fin, peau vierge/tatouée...) n'est en fait que les deux faces d'une même pièce qui n'avance que si elle est sur la tranche.

Ainsi les extrémistes stagnent-ils comme des limaces sans bave

Et j'en voit déjà baver sur les extrémistes en question, s'imaginant dans leur tête de piaf que je parle forcément des islamistes intégristes, ceux-là même qu'il faudrait "négocier" sans plus attendre. Penser ainsi, c'est être aussi extrêmes qu'eux. C'est aussi manquer de bave pour avancer. C'est palabrer inutilement. C'est se retrouver sur la même face de la pièce: coté intolérance à outrance. Je débecte tous les racistes, extrémistes, et moi le premier en ce qui concerne parfois la bouffe -non parce que je ne vais quand même pas parler des cons pendant des lignes et des lignes, hein, ce serait trop d'honneur- avec parfois une tendance à l'orthorexie = être un peu trop rigide du cul de la bouche, être fermé, parfois trop influençable, entre le témoin de Jéhovah décervellé -en existent-il des non lobotomisés ?- et le catho de droite extrémiste.

Mais bon. BREF. Revenons un peu à nos moutons: le site internet de remedact fait peau -tatouée- neuve et mue après dix ans de complications, pour revenir à une forme simple. Et je peux vous dire que c'est compliqué. De faire simple. Les -bons- graphistes savent bien cela: ne pas en faire trop. Mais pas non plus pas assez. Car c'est très facile d'en faire trop. Et c'est très facile de n'en faire pas assez. Boire trop. Ne pas boire. Fumer comme un pompier. Ou pas du tout. Mais il est toujours plus difficile de naviguer sur la tranche, sur le fil du rasoir, sur la voie du milieu.

Ni trop, ni trop peu

6 mois de trip, je crois que c'était trop. 1 mois, -pour moi, puisque tout est toujours très subjectif, hein; aussi je vous conseille de ne pas croire un mot de ce que vous lisez en ce moment, non parce que ça voudrait dire que votre cervelle de piaf (lobotom ou décérébrée -ou pas) est faible et trop influençable. On avait dit "ni trop". "Ni trop peu". BREF- donc 1 mois, c'est trop peu, mais 3 mois c'est nickel. Enfin ça dépend pour qui et où. Et de quoi on parle. Mais je m'égare et je crois que j'en ai déjà fait trop. On avait dit nitro. Ni passé.

- légende -
Sur un air de "this is the end" de Jim Morrison des Doors, un auteur de BD se demande comment faire lire sa newsletter mensuelle à davantage de monde. Il discute alors avec son mental qui lui soumet l'idée de la faire en bande dessinée.
Il se rend compte qu'il ne fait plus que ça (de la BD), et qu'il a quasiment laissé tombé le foutugraphie (en plus de véto et du graphisme) et préfère notamment le Holga 6x6 au vieux Leica DII trop lourd et pas assez poétique.
Venant juste d'avoir la quarantaine, il fait le bilan d'un voyage de 6 mois dont 3 mois au Japon, 1 mois aux Philippines, 1 mois en Malaisie et 1 mois en Indonésie.
Au Japon il apprend les techniques d'estampes japonaises, et s'immerge dans les mangas, leur histoire etc... Et fait la rencontre de nombreux yokais, créatures du folklore japonais.
Aux Philippines il nage avec le Dieu des requins baleines et se fait tatouer par Whang Od, tatoueuse traditionnelle de 98 ans dans le village de Buscalan, dans les montagnes de la province de Kalinga: un soleil, le symbole des voyageurs et les forêts montagneuses.
En Malaisie il se fait tatouer des fleurs d'aubergine sur les épaules, comme le veut la tradition de la tribu Dayak, chez les jeunes quittant leur foyer familial. Cela signifie pour lui aussi être davantage en pleine conscience dans le présent, dans l'ici et maintenant, et arrêter de laisser son mental divaguer entre un passé nostalgique et un futur flippant.

Le tatouage de fleur d'aubergine des tribus Dayak, signe d'un changement de vie

Inside Kyoto

catégorie: 

Le Japon vue de l'intérieur, ou plus exactement les ressentis d'un auteur BD lors d'un séjour en immersion de 3 mois à Kyoto.

​Entre l'alimentation japonaise et les règles de bonne conduite, les mangas et les peintures zen bouddhistes, immersion dans cette société où la tradition côtoie la modernité, au milieu d'un peuple dont il est dificile de connaître le vrai visage...

›› Lire les pages de BD

Y'a qu'les imbéciles qui changent pas d'avis...

catégorie: 

Et ouais, bientôt le Japon ne sera plus qu'un lointain souvenir. Des fois je me dis que j'aurais dû plutôt triper dans des pays tropicaux pendant l'hiver et arriver ici pour l'hanami, en mars, et puis en général je retourne le truc comme une crêpe en me disant que non: c'est juste parfait comme ça ! Certes, je me suis quand même pelé le cul pendant cet hiver, dans cette guesthouse aux allures de ryokan. Comprenez, avec des tatamis au sol des chambres, avec un plafond super bas, une isolation, euh... pas d'isolation, et des fuites d'air partout. Non mais parce que, c'est bien beau leurs portes coulissantes là, les shojis avec du papier washi dessus, mais quand la maison vrille un peu, ben tout se décale, sauf les portes qui coulissent moins bien du coup, et ont des jours dans les coins... Bref. S'il fait 2°C à l'extérieur, sans chauffer, on doit avoir, genre, 4° à l'intérieur ?

Bref, pour en revenir à nos chers moutons, et essayer de faire un bilan de ces 3 mois, je dirais que j'ai avancé en BD et Ukiyo-e, un peu en japonais, mais que dalle en japonais écrit, ou si peu. La grosse difficulté du japonais finalement. Je n'ai pas non plus avancé en tourisme japonais: pas mis les pieds dans un onsen, et très peu dans des temples etc. Mais d'un autre coté, c'était vraiment pas le but de la visite, hein. Alors du coup j'ai avancé, mais pas fait de trucs vraiment pro. finalement. J'aurait aimé je crois, avec du recul, faire une nouvelle dessinée par semaine, genre 7 pages, sur un yokais. Ou continuer sasabudi et donc écrire, réfléchir et dessiner tous les jours. Ce que je n'ai pas fait. Et avec le workshop ukiyo-e, mes pots de nettoyage des pinceaux ont eu le temps de s'évaporer de moitié ! Autant dire que l'odeur de l'encre de Chine, le frottement sur la pierre à encre, et la création (bordel !) me manquent terriblement. Et pour ce qui est du sketchbook, ça n'a pas avancé non plus, mais je dois bien avouer que je ne suis pas trop inspiré. Tout est trop occidental ici. Enfin je déconne quand je dis ça, car il y a bien des geishas, les temples et tout le reste, mais je suis pas trop intéressé par les villes, les voitures... Mais d'un autre coté j'ai pas non plus davantage croqué les forêts, ou si peu. Bref, je me cherche encore et toujours dans ce que j'aime ou pas faire. La solution étant peut-être tout simplement de se bouger le mou pour faire des trucs (aussi) qui sont chiants à faire, quitte à y trouver au bout d'un moment une satisfaction.Yep, c'est un peu comme les cheveux: certains y voient un truc chiant, et je crois que c'était mon cas aussi au début, mais maintenant j'aime bien ça, au point d'avoir acheté ici un petit livre sur les coiffures des geishas !

Bref, comme je le disais dans ma newsletter, l'hiver m'a tué, mais aussi sans doute le fait que le Japon soit un pays "trop" développé: tout est assez cher finalement ici. Eh ouais, fini de gagner au change ! Ici, c'est pas l'Afrique ! Et du coup, entre le froid et les tarifs des transports, ben je n'ai pas bougé. Non pas que je n'aurais pas pu, hein. Mais je crois aussi que 1. j'étais pas si intéressé (par exemple de découvrir plus de temples, de voir Tokyo etc.) et 2. je pensais rester 6 mois en tout... Bon je savais bien inconsciemment que ça allait merder cette histoire de visa. En fait. Et de toute façon, si je voulais quand même revenir pour faire tout ce que je n'ai pas fait, eh bien je peux toujours revenir après les Philippines et le reste. Mais j'ai pas envie je crois. J'ai envie de passer à autre chose. Le grand air, l'apnée, le surf, les randonnées, les croquis dans des pays qui m'intéresseront (a priori) davantage. Je crois que je suis assez passionné de ce que pouvait être la vie à l'époque d'Edo, mais que le Japon d'aujourd'hui n'est pas ma tasse de thé. Et à la fois, il y a plein de trucs géniaux, hein, mais c'est peut-être juste trop compliqué. Un peu comme si ce peuple ne montrait que le reflet de lui-même, mais pas le vrai lui, qui reste impalpable, caché comme un hikikomori dans sa chambre. Bref, un peu comme moi peut-être... ?

Cela dit, si je bouge ailleurs, c'est donc parce que le Japon n'est pas la perle que j'attendais -je crois que je le savais déjà- mais aussi et surtout parce que les autres îles un peu plus au sud, en région tropicale donc (yes !) m'attirent drôlement ! Et je n'en peux plus d'attendre encore des années avant de me remettre à l'apnée, aux silencieuses profondeurs des mers tropicales. Au zen que c'est d'être dans un pays où l'on a pas besoin de se mettre 36 épaisseurs sur le dos avant de sortir dehors, et même en restant dedans pour certaines vieilles maisons japonaises ! Ouais, la vérité, je travaillais parfois avec des gants, presque toujours avec un bonnet... Bon je sais bien qu'il doit y avoir des maisons plus isolées, mais c'est pas non plus la Norvège, en matière de performance énergétique, hein. Bon, d'un autre coté, les ryokans et autres sont davantage étudiés pour les grosses chaleurs humides de l'été japonais, mais bon, quand même ! Enfin je sais pas, je ne comprends pas trop. Même si je dois bien avouer que du coup, on doit être plus solide face au froid. Y'a qu'à regarder les écolières en jupettes alors qu'il fait 0°C dehors... ou les gosses en petits short et chaussettes longues quand il fait pas plus de 10°C. Bon, ok ils sortaient de 'école où -j'espère- il fait chaud. Mais bon...

J'en vois déjà certains penser que je radote avec ces histoires de froid et tout et tout, mais sachez pour votre gouverne personnelle que Kyōto a une forme de cuvette qui garde assez bien l'humidité. En plus, je me fais vieux et mes exploits ratés en snowboard et VTT ont laissé quelques séquelles dans le dos... genre arthrose du poulpe. Quoi ? Vous ne connaissez pas l'arthrose du poulpe ? Ben, c'est comme celui de la sèche, mais en plus gluant. Bref, continuons, parce que si vous m'arrêtez toutes les deux secondes avec vos questions, on sera encore là demain. Donc, oui, c'est exactement ça que je voulais dire, j'imagine: j'me fais vieux. La poisse. Et avec mon activité physique du moment et le manque de piscine, ça s'arrange pas. Donc: exit ! Bye bye le froid et l'humidité ! Vive le chaud et le sec aux Philippines !