Back to top

Ikigai, destin et karma

Quand j'ai découvert le chamanisme, je me suis trouvé tellement comme un poisson dans l'eau que je me suis demandé si ce n'était pas là ma “véritable” voie, autrement dit ma destinée, mon karma… Ouais, plutôt que de raconter des histoires chelous en BD, romans, et autres nouvelles, ne devais-je pas plutôt embrasser ce destin qui s'offrait à moi, et qui m'est apparu sur le coup comme tellement naturel, puissant, évident…
Ce fut une grosse remise en question, qui a duré plusieurs mois sans quasiment dessiner une seule case de BD…

Et je suis sûr que vous aussi, un jour, à l'aube de vos 30, 40, ou 50 ans, vous vous êtes demandé : “Mais qu'est-ce que je fous là ? Qu'est-ce que j'ai accompli toutes ces années ?” ou “Est-ce que je suis à ma place ?” Ouais. Si vous cherchez encore la réponse, alors c'est que vous n'avez toujours pas trouvé votre Ikigai ! Ça tombe bien, cette note parle justement de ça : Comment trouver son Ikigai ? Sa raison d'être, ou encore sa destinée ou son karma ?

Ikigai, Destin(ée), Karma et vocation

On dit parfois qu'on n'échappe pas à son destin, autrement dit à notre histoire déjà écrite. C'est très difficile de blablater autour de cela car même si on croit avoir un libre arbitre, par notre volonté propre de faire des choix, certains pensent que même ces choix-là sont écrits et font partie de notre destin. La merde ! Ne peut-on donc pas échapper à notre destin ?

Personnellement, je pense plutôt rende moment) que l'on a une destinée, une place bien précise dans le puzzle qu'est le monde, mais qu'il est parfois difficile de la trouver. Cela vaut notamment pour notre job (notre vocation), ou la manière dont on le fait. Peut-être votre destinée était d'être vétérinaire. Oui, mais véto des villes ? des campagnes ? véto commercial ? véto développant les médecines alternatives ? Luttant contre les vaccins outrance et le toujours plus de pilules ? Autrement dit, une manière de t'enrichir, ou de guérir des animaux une bonne fois pour toute, en leur nuisant le moins possible ?

La notion de Karma (la somme de nos actions passées, présentes et futures, de toutes nos vies, mais qui peut aussi être vu comme la somme des actions à accomplir afin d'apaiser ses actions passées) est ici importante : de quelle manière va-t-on, quelque soit notre destinée, se comporter dans cette vie-là ? Allons-nous réussir à évoluer, à ne pas reproduire nos mauvais comportements passés, à devenir meilleur et donc plus justes ? Ou allons-nous continuer à être irrespectueux, intolérants, à pourrir la planète sans comprendre qu'on se tire véritablement une balle dans le pieds… et dans la tête de nos gosses ?
Sur ce point, de la justesse de nos comportements, je crois véritablement que nous pouvons avoir une action, faire des choix, que nous pouvons changer, évoluer, et ce quelque soit notre âge (j'entends trop souvent dire "c'est pas à 60 ou 70 ans qu'il / elle va changer… Et pourquoi pas ?). Sérieusement, plus besoin de partir sur la route de la soie pour trouver des “sages” des spiritualités asiatiques ou autres : les livres et maintenant internet, et même une espèce de connaissance collective à travers Wikipedia est à disposition de tout le monde (enfin presque parce qu'il existe toujours des pays très fermés…).

Ma propre place est-elle de faire de la bande dessinée ? En fait j'ai compris avec les années que la BD est "juste" un moyen et pas une fin. En faisant mon Ikigai, j'ai compris que ma place, le fond = ce que j'avais à dire, était beaucoup important que la forme. Mais passons à la pratique : comment faire son ikigai ? Comment trouver sa raison d'être ? Ce pour quoi on se lève le matin ?

Faire son ikigai

C'est tout simple : imprimez ou recopier le PDF en bas de cette article, et remplissez les champs dans l'ordre, avec des mots, des expressions, ou tout ce qui vous passe par la tête. Certes, il vous faudra peut-être réfléchir un peu à un moment donné, mais ce n'est pas le but : prenez les notions qui vous viennent naturellement, sans réfléchir, vos premières idées, intuitives.

L'Ikigai vous permet aussi de plonger dans votre inconscient, de mettre à nu l'iceberg de votre être intérieur, de prendre du recul et de vous (re)trouver. De comprendre parfois vos actions des dix, vingt ou trente dernières années, sans parler de vos comportements d'enfant sauvage (ou pas) : oui, vous racontiez peut-être déjà des histoires à 3 ans, vous faisiez déjà “votre cinéma” à 7 ans et aviez un journal intime décalé à 13 ans, dans lequel vous partiez dans des histoires loufoques mais passionnantes d'esprits, de zombies ou de vampires dans des forêts aussi vierge que votre incompréhension.

Votre raison d'être a toujours été là, tellement évidente que vous ne la voyiez plus. Certes, elle est parfois dissimulée par des années d'études, d'éducation au mental, à être de bon petits soldats consommateurs de toujours plus, sans réfléchir si possible. Certes, les factures qui s'accumulent ou la vie trépidante de parent ne vous laissent pas le temps de faire le point, de vous retrouver, de cultiver votre jardin et votre enfant intérieur.

Mais heureusement, il y a l'Ikigai pour y voir plus clair. Et ça ne prend que 5 ou 10 minutes.

Une fois les 4 grands champs remplis de mots, vous comprendrez votre passion, votre mission sur terre, votre vocation, votre profession (n'hésitez pas à mettre des mots issus de vos rêves les plus fous !). Mais ces notions ne sont pas complètes, et ne sont que les prémices de l'Ikigai. En les mixant, les mélangeant dans le creuset de votre cervelle de piaf, vous vous approcherez doucement de l'évidence de votre Ikigai, jusqu'à ce que vous vous exclamiez : “Mais c'est bien sûr ! J'ai toujours fait et voulu faire ça ! C'est évident !"

Voilà. C'est fait. Mais ce n'est pas terminé…

Se conformer à son Ikigai

Quand on trouve son Ikigai, qui peut être une formule du genre “Soigner le monde par le biais de bande dessinées exprimant l'écologie mystique” (le mien qu moment où je l'ai fait mais j'utilisais auparavant la photographie, ou le fait d'être vétérinaire en faune sauvage), on se prend parfois une claque : 1. devant l'évidence de l'ikigai 2. devant le décalage de notre Ikigai avec notre vie actuelle, qu'elle soit professionnelle, personnelle, spirituelle…

Oui, votre Ikigai résume parfois toutes vos actions passées (= votre karma passé) en quelques mots, et ça peut faire bizarre de comprendre que l'on a agit dans le même sens toute notre vie, sans même s'en rendre compte.

Oui, votre vie actuelle est parfois en total décalage avec votre Ikigai, quand elle ne va pas carrément dans le sens inverse… Cette prise de conscience peut parfois faire mal, et je ne saurais que trop vous conseiller de prendre le temps de digérer votre ikigai, mais de ne pas le mettre au tiroir pour autant ! Si vous n'est pas à votre place dans l'univers, il est normal que vous ne soyez pas joyeux, gai, ouvert, en pleine santé etc. Ne vous voilez pas la face : vous n'échapperez pas si facilement à votre destinée sans lourdes conséquences. Vous avez une place, ici et maintenant.

Appliquer votre ikigai implique-t-il de changer de job ? Et de faire enfin ce dont vous avez toujours rêvé ? Cela implique-t-il de revoir vos mode de consommation, vos comportements face au monde, à vos proches, vos patrons ou vos employés ? Sans doute que oui, alors allez-y à votre rythme (même s'il est rapide, chacun son rythme hein). Et ne regrettez rien. Soyez responsables. Et heureux de prendre enfin la place qui vous revient dans l'Univers. 

Cette place, et donc le résultat de cet ikigai, est, tout comme l'univers et vous-même, changeant, impermanent. Gardez-vous donc la liberté de changer, de refaire votre ikigai régulièrement, de l'affiner, et d'appliquer ce qu'il vous dit. Ce que votre être intérieur profond vous dit. Cette petite voix que vous n'écoutiez plus depuis quelque temps.

Merci aux Japon pour cette notion d'Ikigai.
Si elle vous ont servi, partagez cette page et cette notion d'Ikigai autant que vous le souhaitez !

up