Back to top

J-6 | Fœtus

Fœtus avorté en 1984
© Micha Patault › contact

Aborted fœtus in 1984
© Micha Patault › contact

La nuit de la catastrophe a vu 40% des femmes enceintes avorter de fœtus alors qu’elles tentaient d’échapper à l’émission du gaz. Ceux-ci sont conservés par le Dr Satpathy, expert médico-légal de l'hôpital Hamidia de Bhopal.

Les avortements ne se sont pas arrêté en 1984. Selon certaines études*, le taux d'avortements était de 7,63% dans les zones affectées par la catastrophe d'Union Carbide, contre 3% dans les zones témoins. En plus des avortements, les femmes atteintes doivent faire face à des problèmes d'infertilité, de problèmes de cycles menstruels (irrégularité, absence, retard ou arrêt précoce, saignements excessifs...), sans parler des maladies de leurs enfants (malformations congénitales, retards de croissance, retards mentaux...). Devant la suspicion d'une augmentation du risque de cancer du col de l'utérus associé avec l'exposition au gaz ou à l'eau contaminée, la clinique Sambhavna a lancé un projet de dépistage de cette maladie.

The night of the catastrophe saw 40% of the pregnant mothers falling through of foetus whereas they tried to escape the gas emission. Those are preserved by Dr. Satpathy, medico-legal expert of Bhopal Hamidia hospital.

The abortions did not stop in 1984. According to some studies*, the rate of abortions was of 7,63% in the zones affected by the catastrophe of Union Carbide, against 3% in the pilot zones. In addition to the abortions, women reached must face problems with infertility, menstrual cycles (irregularity, absence, delay or early stop, excessive bleedings…), without speaking about the diseases of their children (congenital malformations, delays of growth, backwardnesses…). In response to the suspicion of an increase in the cervical cancer risk associated with exposure to the gas or contaminated water, the Sambhavna clinic has initiated a cervical screening project.

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…