Back to top

Y'a qu'les imbéciles qui changent pas d'avis...

Et ouais, bientôt le Japon ne sera plus qu'un lointain souvenir. Des fois je me dis que j'aurais dû plutôt triper dans des pays tropicaux pendant l'hiver et arriver ici pour l'hanami, en mars, et puis en général je retourne le truc comme une crêpe en me disant que non: c'est juste parfait comme ça ! Certes, je me suis quand même pelé le cul pendant cet hiver, dans cette guesthouse aux allures de ryokan. Comprenez, avec des tatamis au sol des chambres, avec un plafond super bas, une isolation, euh... pas d'isolation, et des fuites d'air partout. Non mais parce que, c'est bien beau leurs portes coulissantes là, les shojis avec du papier washi dessus, mais quand la maison vrille un peu, ben tout se décale, sauf les portes qui coulissent moins bien du coup, et ont des jours dans les coins... Bref. S'il fait 2°C à l'extérieur, sans chauffer, on doit avoir, genre, 4° à l'intérieur ?

Bref, pour en revenir à nos chers moutons, et essayer de faire un bilan de ces 3 mois, je dirais que j'ai avancé en BD et Ukiyo-e, un peu en japonais, mais que dalle en japonais écrit, ou si peu. La grosse difficulté du japonais finalement. Je n'ai pas non plus avancé en tourisme japonais: pas mis les pieds dans un onsen, et très peu dans des temples etc. Mais d'un autre coté, c'était vraiment pas le but de la visite, hein. Alors du coup j'ai avancé, mais pas fait de trucs vraiment pro. finalement. J'aurait aimé je crois, avec du recul, faire une nouvelle dessinée par semaine, genre 7 pages, sur un yokais. Ou continuer sasabudi et donc écrire, réfléchir et dessiner tous les jours. Ce que je n'ai pas fait. Et avec le workshop ukiyo-e, mes pots de nettoyage des pinceaux ont eu le temps de s'évaporer de moitié ! Autant dire que l'odeur de l'encre de Chine, le frottement sur la pierre à encre, et la création (bordel !) me manquent terriblement. Et pour ce qui est du sketchbook, ça n'a pas avancé non plus, mais je dois bien avouer que je ne suis pas trop inspiré. Tout est trop occidental ici. Enfin je déconne quand je dis ça, car il y a bien des geishas, les temples et tout le reste, mais je suis pas trop intéressé par les villes, les voitures... Mais d'un autre coté j'ai pas non plus davantage croqué les forêts, ou si peu. Bref, je me cherche encore et toujours dans ce que j'aime ou pas faire. La solution étant peut-être tout simplement de se bouger le mou pour faire des trucs (aussi) qui sont chiants à faire, quitte à y trouver au bout d'un moment une satisfaction.Yep, c'est un peu comme les cheveux: certains y voient un truc chiant, et je crois que c'était mon cas aussi au début, mais maintenant j'aime bien ça, au point d'avoir acheté ici un petit livre sur les coiffures des geishas !

Bref, comme je le disais dans ma newsletter, l'hiver m'a tué, mais aussi sans doute le fait que le Japon soit un pays "trop" développé: tout est assez cher finalement ici. Eh ouais, fini de gagner au change ! Ici, c'est pas l'Afrique ! Et du coup, entre le froid et les tarifs des transports, ben je n'ai pas bougé. Non pas que je n'aurais pas pu, hein. Mais je crois aussi que 1. j'étais pas si intéressé (par exemple de découvrir plus de temples, de voir Tokyo etc.) et 2. je pensais rester 6 mois en tout... Bon je savais bien inconsciemment que ça allait merder cette histoire de visa. En fait. Et de toute façon, si je voulais quand même revenir pour faire tout ce que je n'ai pas fait, eh bien je peux toujours revenir après les Philippines et le reste. Mais j'ai pas envie je crois. J'ai envie de passer à autre chose. Le grand air, l'apnée, le surf, les randonnées, les croquis dans des pays qui m'intéresseront (a priori) davantage. Je crois que je suis assez passionné de ce que pouvait être la vie à l'époque d'Edo, mais que le Japon d'aujourd'hui n'est pas ma tasse de thé. Et à la fois, il y a plein de trucs géniaux, hein, mais c'est peut-être juste trop compliqué. Un peu comme si ce peuple ne montrait que le reflet de lui-même, mais pas le vrai lui, qui reste impalpable, caché comme un hikikomori dans sa chambre. Bref, un peu comme moi peut-être... ?

Cela dit, si je bouge ailleurs, c'est donc parce que le Japon n'est pas la perle que j'attendais -je crois que je le savais déjà- mais aussi et surtout parce que les autres îles un peu plus au sud, en région tropicale donc (yes !) m'attirent drôlement ! Et je n'en peux plus d'attendre encore des années avant de me remettre à l'apnée, aux silencieuses profondeurs des mers tropicales. Au zen que c'est d'être dans un pays où l'on a pas besoin de se mettre 36 épaisseurs sur le dos avant de sortir dehors, et même en restant dedans pour certaines vieilles maisons japonaises ! Ouais, la vérité, je travaillais parfois avec des gants, presque toujours avec un bonnet... Bon je sais bien qu'il doit y avoir des maisons plus isolées, mais c'est pas non plus la Norvège, en matière de performance énergétique, hein. Bon, d'un autre coté, les ryokans et autres sont davantage étudiés pour les grosses chaleurs humides de l'été japonais, mais bon, quand même ! Enfin je sais pas, je ne comprends pas trop. Même si je dois bien avouer que du coup, on doit être plus solide face au froid. Y'a qu'à regarder les écolières en jupettes alors qu'il fait 0°C dehors... ou les gosses en petits short et chaussettes longues quand il fait pas plus de 10°C. Bon, ok ils sortaient de 'école où -j'espère- il fait chaud. Mais bon...

J'en vois déjà certains penser que je radote avec ces histoires de froid et tout et tout, mais sachez pour votre gouverne personnelle que Kyōto a une forme de cuvette qui garde assez bien l'humidité. En plus, je me fais vieux et mes exploits ratés en snowboard et VTT ont laissé quelques séquelles dans le dos... genre arthrose du poulpe. Quoi ? Vous ne connaissez pas l'arthrose du poulpe ? Ben, c'est comme celui de la sèche, mais en plus gluant. Bref, continuons, parce que si vous m'arrêtez toutes les deux secondes avec vos questions, on sera encore là demain. Donc, oui, c'est exactement ça que je voulais dire, j'imagine: j'me fais vieux. La poisse. Et avec mon activité physique du moment et le manque de piscine, ça s'arrange pas. Donc: exit ! Bye bye le froid et l'humidité ! Vive le chaud et le sec aux Philippines !

up

Same same but… different