Back to top

J321 /// Le bâton d'encre de Chine

Aujourd'hui, j'ai essayé de l'encre de Chine. Mais pas les merdes liquides qu'on peut trouver au premier coin de rue: la vraie encre de Chine, celle que l'on achète en bâtonnet, et qui provient de la suie ou noir de fumée (issu de la combustion de pin en général) et de gomme laque ou colle. L'encre est le deuxième des quatre trésors du lettré, après le pinceau, et avant le papier et la pierre à encre. Il faut en effet diluer l'encre sous forme de bâtonnet en encre liquide, en la frottant dans la pierre à encre, en général en formant des ronds, à plat, dans le sens des aiguilles d'une montre. Bon. Ça c'est la théorie. Pour la pratique, ben j'ai pris ma claque: le bâton le moins cher semble bien pourri et il faut frotter des heures pour avoir un truc gris (bon je vais quand même ré-essayer plus tard mais bon...). Heureusement, avec d'autres bâtons (plus cher et donc de meilleur qualité, ou plus tendre), ça va plus vite et on obtient un noir plus intense. Cela dit, et c'est pas faux, "frotter le bâton d'encre sur la pierre à encre est un rituel important qui donne à l'artiste le temps de concentrer ses pensées sur l'oeuvre à peindre, et d'atteindre un certain degré de calme et de sérénité... enfin pour peu qu'on s'endorme pas. (non mais sans déconner, j'ai l'impression que cette encre traditionnelle apporte un plus, comme le vrai papier en coton pa rapport au papier en bois... difficilement explicable...)

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…