Back to top

J332 /// Fixer le prix d'une oeuvre

Deuxième jour d'expo. On m'a parfois dit que je n'étais pas cher... enfin, mes "œuvres". Et c'est là que sans transition je vous annonce le sujet de ce billet: comment fixer le prix d'un tableau (ou tout autre sorte d’œuvre) ? C'est vrai que c'est parmi les plus difficiles des exercices pour un artiste. D'abord puisqu'on ne fait pas ça pour vendre, enfin pas au début, et que donc l'artiste "de base" est une merde commercialement parlant. À la limite s'il a un peu bossé en marketing... Bref. Comme on a le nez sur notre œuvre pendant toute la phase créatrice, et parfois bien avant, on ne sait même pas si l’œuvre finale est bien, et quelle tête on ferait si on la découvrait pour la première fois... Difficile donc de dire combien on pourrait mettre soi-même,pour une telle œuvre. Et pourtant, nous seul savons combien de recherche, de croquis, de temps et de matériel elle a nécessité. On devrait donc être en mesure de pouvoir donner un prix de base, suivant le taux horaire que l'on voudrait bien se donner. Mais en général l'artiste prend son temps et ne compte pas ses heures. Première erreur, et deuxième dans le même temps. La plupart de nos œuvres claqueraient autant et se vendraient aussi bien si l'on avait passé deux fois moins de temps. Voire elles se vendraient même parfois mieux, puisque comportant une certaine spontanéité et une vivacité de trait donnant parfois de la force à un tableau. Bref. A part faire des calculs d'apothicaire sur le seuil de vie (laissons cela aux gratte-papiers), comment fixer le prix ? Et peut-on fixer un prix assez bas ? Pourquoi faire ? Fixer un bas prix (sans se tirer une balle dans le pied quand même), nécessite d'être un minimum productif. En effet, si on ne fait qu'une œuvre par mois, elle aura du

up

Same same but… different