Back to top

J365 /// L'impermanente hydre sasabudique

Bilan final - pilosité et plus encore …
Ça y est: c’est vraiment la fin. 365 jours. À réaliser des illustrations (enfin, moins 75 jours), à taper sur cette machine des années 60 ou à peu près, à prendre du retard dans mes textes, mes illustrations, trop rarement de l’avance. À me laisser pousser les cheveux, les sourcils, la moustache et la barbe … pendant un an ! Et même si la moustache est une galère, ben pour le reste, on le vit assez bien en fait. Beaucoup de personnes me demandent si ça gratte pas trop. Ben non. A la limite en climat tropical et sans se laver, je comprendrais, mais si on reste propre, pas de soucis.

Pour ce qui est de ces poils, j’en avais déjà parlé, le plus bizarre pour moi et les autres, ce fut le rasage des sourcils, le genre de trucs qui vous enlève les dernières gouttes d’humanité ou de normalité, alors qu’on bascule de suite dans la chimiothérapie ou les travestis. À l’inverse, barbe, moustache et cheveux au vent vous transforme en ermite, voyageur, hippie baba et pas trop bobo.

En fait, il faut voir un peu ces deux apparences comme des extrêmes assez peu représentés dans la population, même si on voit de plus en plus de chauves se raser le crâne. Et au milieu, on est normal, comme les autres, comme la majorité: un peu de barbe mais pas trop, un peu de cheveux mais pas trop, un peu de moustache mais sans plus, et des sourcils normaux. Et d’ailleurs j’aime bien les sourcils. Je veux dire, chez une femme. À moins d’avoir un mono-sourcil, j’ai toujours eu en horreur celles qui se les rasent pour mettre cet horrible coup de crayon gras artificiel… Quand l’importance du paraître met l’être en souffrance, ou quand l’être est dépassé et se préoccupe trop du paraître, on peut tomber dans des extrêmes assez chelous. Et d’ailleurs se raser le crâne quand on est bouddhiste est aussi assez extrême et paradoxal (encore, quand on est moine, ça se discute un peu) : à la fois on laisse tomber ses cheveux, et on continue toute apparence qui pourrait y être lié, mais on se donne ainsi aussi une apparence spécifique, souvent signe d’un rang ou d’une appartenance (sangha,communauté bouddhiste).

Enfin bref. En prenant la dernière photo (hormis celles du prochain vernissage), ça m’a fait tout bizarre, que c’était la fin d’une certaine routine, qui, je dois bien l’avouer devenait un peu chiante, genre routine quoi. Et c’est pas Castaneda qui me contredirait j’imagine, sauf que là c’était finalement une routine imposée, comme une contrainte et une discipline. Bon je me suis permis un paquet d’écart et de relâchement, puisque c’est environ 90 illustrations que j’ai en retard, surtout causé par d’autres tafs, les voyages, les billets se terminant en une, deux, trois ou parfois quatre planches de BD, et tout ça pour un seul jour … Heureusement, j’ai gagné en rapidité, en efficacité, en assurance, en idées etc … mais disons que si je rattrapais mon retard à raison d’un dessin par jour, j’en aurais pour encore 3 mois. La merde. Comme quoi c’est le genre de projet assez difficile à tenir si on a des obligations par ailleurs, et si on n’a pas une discipline de fer. Enfin bref, malgré tout, c’est globalement positif : )

Re-Bref. Je lisais tout à l’heure sur le courrier international que l’écriture était en train de disparaître, laissant place au clavier. À travers cela, c’est surtout l’écriture cursive (simplifiée, rapide) qui disparaît, contrairement à l’écriture manuscrite (en lettre d’imprimerie par ex.). Certains pensent que écrire cursivement fait appel davantage à l’intuition, et que les mots viennent plus facilement. On écrit aussi parfois moins vite, et on retiendrait mieux. Pour mon projet, taper à la machine fut à la fois un délire personnel, entre retour en arrière, et refus d’une certaine technologie informatique, tout en gardant la possibilité de la reconnaissance après un scan, évitant de retaper le texte (ce que je faisais au début). Cela dit le fait que le Pomme/Ctrl + Z ne soit pas actif, oblige à concentrer, réfléchir davantage ce que l’on va écrire, exactement comme en photo argentique versus la photo numérique : on en fait plus, mais moins bien, moins appliqué, comme si la qualité se diluait dans la multitude. Et c’est vrai: si je m’étais donné un billet et une illustration par semaine, j’en aurais sans doute fait des plus grandes, plus compliquées, plus abouties …

[ Je passe justement en écriture manuscrite ]

Re-Re BREF. Je repasse en mode pattes de mouches, histoire de donner forme à ce que je disais. Ça fait tout bizarre c'est vrai, et comme ils disaient dans le Courrier International, on a perdu l'habitude d'écrire comme ça : qui de vous tous écrit encore à la main ? Non mais arrêtez un peu… Je veux la vérité ! Une personne sur … 20 ? sur 50 ? Depuis combien de temps n'avez-vous pas écrit de lettre manuscrite ± cursive ? Au moins, l'avez-vous déjà fait une fois ?

Bon, je passe sur une plume davantage utilisée en écriture. Plus fluide. Bref. Perso, peut-être dû à la prépa. véto, ça fait un moment que j'écris avec des pattes de mouches… ou plutôt EN pattes de mouches. Ces satanées bestioles, qui auraient du faire de moi un illustre savant ont à demi échoué : elles ont seulement fait l'illustre (PS: tiens, une autre plume…). Et encore… J'ai failli l'être, mais je me bagarre encore avec cette satanée hydre à 7 têtes de mon billet "J077", afin de faire un billet et une illustration un peu moins pourrie ou pourrite, selon, que celle de la veille…
PS2 : tiens, pour un peu, j'écrirais presque cursivement…

Arrgh ! Putain de plume…tu n'es décidément pas celle qu'il faut… & la papier non plus d'ailleurs. Bon. Essayons celle-ci… Plus ou moins bof. A vrai dire à dire vrai, je ne sais même pas comment ça se tient ce bazar, et j'avoue bien volontiers faire partie des abrutis qui ne savent pas écrire à la plume. Mais passons. Le manque de place devrait laisser place (justement) au Blanc. Jauni par le temps… [l'encre noire devient bleue ] ou devrais-je dire bleuie par le temps.

BREF. Je retrouve un vieux Pilot calligraphie taille M. Et allié à une réserve de cartouches ont je ne savais pas quoi foutre, me voilà entre les bancs de l'école primaire et mes premiers essais artistiques à l'école véto, livrés à nous-mêmes que nous étions avec mon potos Rodolphe (Et non YET'S, je ne t'ai pas oublié et e m'en veux pas, mais je ne t'en veux pas).

RE-BREF. Il semble vrai et même véridique et prouvé ici-même scientifiquement par ma main que l'écriture cursive est 1. illisible 2. spontanée. 3. intéressante sur les 2 points pré-cités. DONC : je me demande bien, tout en faisant sciemment l'exploit d'abandonner mes pattes de mouches, ce que je vais bien pouvoir faire de ce nouvel outil, fut-il futilement adapté à quelque emploi artistique - Heureusement, si jamais vous avez u le courage allié à l'audace de me déchiffrer jusqu'ici, le détournement artistique d'objet est permis dans ce monde de malades que vous & moi occupons en ce moment-même !!
ALORS cherchons, tous les jours à trouver la solution qui nous évitera de sombrer dans ce monde moderne étrange et lugubre dramatiquement lugubre - Abandonnez ! Ayez l'audace d'abandonner vos postes s'il vous emmerdent ! Soyez vous-même, et pas celui ou celle que la société a fabriqué(e) pour vous ! Arrêtez donc de picoler et de fumer les joints qui vous embrument la cervelle au point de vous cacher les démons que vous devriez affronter tous les jours. En un mot : FIGHT ! Devenez le guerrier ou la guerrière que la "fabrique du crétin" vous a fait perdre de vue, et combattez ! TOUT, mais surtout vos faiblesses, vos démons, les cons sur terre (et il y en a) et saisissez enfin cette vie qui vous échappait, tordez-lui le cou et faites-en un bon barbeu Q. Et n'oubliez pas : si ça se trouve, DEMAIN, vous êtes MORTS ! Alors VIVEZ ! BORDEL !

À bon entendeur

ÇA ÇA = BUDDHI

X

Laisser un commentaire…

×


Explore l'invisible !
avec Stéphane Bouillet

up

Utiliser cette image ?

Contactez-moi

A voir aussi…