Back to top

A l'ombre des centrales nucléaires (LSD)

LSD, La Série Documentaire de France Culture, s'intéresse au nucléaire cette semaine avec la série A l'ombre des centrales nucléaires :

Il serait grand temps que l'humain arrête de se prendre pour ce qu'il n'est pas : Dieu. Stephen Hawking pense que nous quitterons La terre (enfin bon y'aura sans doute pas de place pour tout le monde non plus) pour la planète Mars avant 2120, notamment à cause de guerre(s) nucléaire(s).

On ne sait pas quoi foutre de nos déchets dont les durées de vie représentent l'infini à l'échelle humaine, on ne sait pas démanteler, l'EPR et Areva sont au choux, sans parler d'EDF qui devient champion du Green washing; toute l'industrie nucléaire et électrique ment comme des ânes pour sauver leur peau, sans penser une seconde au autres, au peuple, à nous, qui n'en voulons plus de cette grosse merde. Le prix du nucléaire est aussi complètement erroné, ne tenant pas compte du démantèlement, ni du prix exorbitant et multiplié par 3 ou 4 d'un EPR merdique avec des malfaçons connues d'Areva, et donc des futures failles de sécurité en veux-tu en voilà…

Non, décidément, 'faudrait peut-être arrêter de déconner maintenant et ne plus être les derniers des derniers en Europe et dans le monde à arrêter de créer et utiliser ces merdes radioactives !

Retraitement, vitrification, enfouissement, autant de manières d'avouer que nous n'avons trouvé aucune solution réellement satisfaisante pour nos poubelles radioactives. On fabrique des déchets de manière exponentielle, et on ne sait pas quoi en faire.

Une série documentaire de Lydia Ben Ytzhak, réalisée par Christine Diger

Prise de son : Yann Fressy, Ivan Charbit, Claude Niort, Valérie Lavallart, Clémence Bonfils, Benjamin Chauvin

Mixage : Catherine Déréthé

Ce n'est pas l'éternité, mais ça y ressemble. Des centaines de millions d'années. On laisse un cadeau empoisonné à une humanité du futur dont nous ne savons rien. Ni leur langage, ni s'il s'agira de hordes en haillons armées de gourdins ou d' une civilisation technologique pacifique à l'apogée, sachant recycler ces déchets radioactifs... C'est à peine si nous déchiffrons les intentions des civilisations Mayas ou Egyptiennes éloignées de nous d'à peine quelques milliers d'années... Retraitement, vitrification, enfouissement, autant de manières d'avouer que nous n'avons trouvé aucune solution réellement satisfaisante pour nos poubelles radioactives. On fabrique des déchets de manière exponentielle, et on ne sait pas quoi en faire. Ni des déchets des barres de combustible, ni des cuves à démanteler, ni de l'eau contaminée accidentellement ou non, ni de fûts radioactifs qu'on a jetés au hasard sur terre et dans les mers. Pas pour l'éternité, non, mais pour une durée tellement longue qu'elle nous est, même en pensée, inimaginable. Les ingénieurs se retrouvent alors avec la responsabilité d'avoir à réfléchir à des questions profondément anthropologiques, qui clairement les dépassent.

"Il n'est pas légitime aujourd'hui, en 2017, de rejeter dans l'air, dans l'eau, sur les sols, des produits que l'on sait être cancérigènes et mutagènes. C'est pour ça que nous sommes choqués que le nucléaire soit hors des principes généraux de protection de l'environnement." Roland Desbordes

Mais avec le chantier de l'EPR de Flamanville qui n'en finit pas, avec une cuve de réacteur et un couvercle aux malfaçons avérées, sur fond de faillite de Westinghouse le géant du nucléaire américain prouvant que le nucléaire n'est pas rentable, la France est fière d'avoir vendu "la centrale du futur" aux Anglais, aux Finlandais et aux Chinois, de quoi créer sans fin de nouveaux déchets. On les stocke à La Hague, le site le plus radioactif du monde, en attendant de les envoyer, peut-être à la fin du siècle, à Bure, dans la Meuse, où l'on songe à enfouir nos poubelles radioactives à 500 mètres de profondeur pour toujours dans un projet contesté.

"Nos 50 ans de confort électrique, dû au nucléaire, qu'on peut bénir si on en a envie, induisent des conséquences qui vont être absolument faramineuses." Jean-Marie Brom

Utiliser cette image ? › Contactez-moi

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le :)

up