Back to top

Photography prohibited

Éboueurs en Inde

Éboueurs en Inde

C'est vrai que l'Inde est parfois un peu perturbante: il y a 2 jours, je discute avec une mendiante d'une éventuelle décharge, que j'imagine encore plus grande que celle de Phnom Phen. Le lendemain, deux autres pseudo-mendiants me parlent et m'indiquent le lieu de cette décharge, alors que j'ai seulement confirmé que j'étais photographe.

Donc ce matin, après avoir laisse mon visa au consulat du Bangladesh, je trace en bus vers la décharge, non loin de Science city, à l'est de Kolkata. Un camion-poubelle m'attend sur le bord de la route, comme pour m'indiquer l'endroit. Le conducteur confirme le chemin: une petite route vers l'est.

Après quelques centaines de mètres, un tas évident, comme une colline, est signalé par les corbeaux qui tournent autour: c'est là. Cette décharge présente plusieurs différences avec celle du Cambodge: je n'ai pas vu d'enfants, mais il y a des vaches et davantage de chiens. Des chiens aussi en décomposition avancée, qui vous sourient à l'entrée. La plus grande différence étant sans doute d'ordre odorante: une odeur que j'aurai l'impression de traîner dans le bus par la suite, des tas d'os plus grand que des hommes. Des os de bovins, bouillis dans d'énormes marmites, dont la surface est remuée avec des fémurs des mêmes bovidés.

Bien sûr, je ne sais pas si ce sont uniquement des buffles ou des vaches, mais comme à chaque fois pour les bovidés, plus ou moins sacrés ici, il y a une espèce de pudeur. C'est peut-être ça ou la honte de produire autant de déchets, mais un écriteau à l'entrée de la décharge, où les camions faisaient la queue pour rentrer, indiquait Photography strictly prohibited, blabla bla. Heureusement que je ne l'ai pas vu, sinon, il aurait fallu que je fasse le tour, me méfie de tout le monde, et que je me barre comme un voleur...

Voir plus de : 

Same same but… different

up