Back to top

Le choix astronomique

Voici l'edito du fanzine Beta #7 du mois de juin (mais avec un sacré goût de mai quand même) !

Stephen Hawking prévoit qu’on foulera la planète rouge dans moins de 100 ans. Mais, euh… on n’a rien d’autre à foutre que d’aller sur Mars ?? Ben non. Pour le célèbre cosmologiste, c’est un passage obligé pour éviter guerre nucléaire, réchauffement climatique ou que sais-je encore… Merde ! L’humain est vraiment si nul qu’il est incapable d’éviter son auto-destruction, mais assez intelligent pour coloniser une autre planète ? Superbe fuite en avant vers un autre monde, comme d’ailleurs choisit de le faire un humain toutes les 40 secondes sur terre : Chris Cornell, chanteur et guitariste de Soundgarden en a donné un triste exemple en se pendant dans sa chambre d’hôtel dans la nuit du 17 au 18 mai. Hallucinant. Ma mère, il y a 10 ans faisait exactement la même chose à la même date… avec les mêmes foutus médocs qui font parfois passer à l’acte. Ces médocs de la dernière chance… Allez savoir qui ça aide le plus ? Le doc. ou les labos pharmaceutiques ? Mieux vaut jeûner que d’avaler ces merdes !

Vivre sur terre : 0 ≠ Quitter ce monde pourri : 1

Nous, on rêve d’aller sur Mars. Pour fuir notre propre médiocrité. Notre incapacité à faire face à nos créations merdiques. Notre cerveau gauche analytique et “hyperdéveloppé”, à coups d’éducation bien-pensante, terrorise et assassine son voisin de  droite instinctif et artistique. Bordel. Il devient urgent de désapprendre, d’arrêter de penser avec notre tête et d’apprendre à re-sentir. Urgent de balancer nos écrans et de revenir à la sobriété heureuse de Pierre Rabhi. Manger. Dormir. Se reproduire. Fusionner avec Gaïa autrement qu’en la noyant de plastique issu du pétrole qu’on lui fait gerber.

Par chance, on a tous.tes le choix. Là. Entre nos mains. Le choix d’arrêter les moteurs. De faire machine arrière. De l’agriculture à l’énergie, en passant par la médecine et la spiritualité. Ne plus écouter les savants fous, les ingénieurs qui inventent malgré eux des armes de destruction massive, comme les frankenblés, le nucléaire, les fusées spatiales, présentées par certain.es comme LA solution à notre incapacité à ranger notre chambre.
Une autre solution est à portée de mains. Ces mains qui paient l’électricité nucléaire ou hydraulique, qui achètent des paquets de gâteaux hyper packadgés en sachet individuel ou des carottes bio locales en vrac, qui nous enfilent des pilules ou prennent en mains notre avenir commun en partageant des méthodes alternatives de bien-être permettant notre survivance sur Terre…

Dés-apprenons. Dé-croissons. Choisissons et Vivons heureux.ses. Naturellement. Ensemble. Et oui… sur Terre !

Trust no one
bisou mon petit soleil
lunatiquement
ton martien

Same same but… different

up