Back to top

Indécis

De retour en Inde, je retrouve mes premières impressions: je trouve toujours ça autant dégueulasse de chiquer dans les coins de la gare (et partout ailleurs): on dirait qu'un tuberculeux est venu ici pendant des années cracher du sang... Je trouve toujours ce pays surpeuplé, dès qu'on rentre dans la moindre ville. Avec les klaxons dont semblent raffoler les indiens, et la circulation souvent anarchique, ça vous met un stress qu'il faut savoir gérer, ne pas se laisser influencer par les conditions extérieures et donc savoir rester zen. On pourrait dire que grâce à ce stress et ces conditions, on va s'améliorer et travailler sa patience et son calme.

J'essaie donc de le prendre différemment. Différemment de quoi et pourquoi ? Différemment qu'avec une certaine déception, peut-être à cause d'un feeling qui le fait pas. Pourquoi ? Manque de spiritualité ? Égoïsme ressenti chez les indiens ? Pourtant, à regarder mes camarades de wagons, on dirait pas. Donc quoi ? Les Intouchables, la misère ambiante ? Est-ce peut-être moi aussi ? Premier trip depuis le 18 mai dernier, mon regard et ma manière de penser ont forcément change. Suis-je plus touché par la souffrance humaine ? Suis-je devenu une de ces éponges à sentiment comme les bébés ? Dans ce cas, avec toujours l'effort de penser positif, Quelles peuvent être les fleurs de ce mal ? Davantage réceptif ? Plus investi dans ce que je fais ? Et je fais quoi ? Je me ballade ? J'aide les gens ? Qui ? La question se posera moins à Bhopal, mais sinon ? Les basses castes ? Restent les questions du comment...

Voir plus de : 

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…