Back to top

J288 /// LES RÊVES

ILLUSTRATION : BD sur l'interprétation des rêves suivant les cultures scientifiques, amérindienne, aborigène, et la vision du rêve lucide de Carlos Castaneda, à travers le rêve d'une jeune femme se retrouvant trop souvent nue dans son rêve TEXTE : On retrouve souvent les mêmes classiques dans les tatouages, notamment chez des jeunes en manque d'inspiration, ou parfois des tatoueurs qui ne se prennent pas trop la tête: les indiens. Le chasseur, la nana, l'attrape-rêve. Entre l'attrape-couillons et la toile d'araignée, le capteur de rêve est pourtant bien loin,de ces pensées d'insectes, et doit filtrer et protéger son propriétaire des mauvais rêves. Et c'est bien là où je voulais en venir: les rêves. Pour les amérindiens, le rêve permet l'échange entre l'homme et le Grand Esprit, et permettrait de nous libérer en étant à l'écoute des besoins de notre âme. Pour les "occidentaux de base", comme les Européens par exemple, les rêves sont beaucoup plus... basiques, et moins mythiques. À différencier des rêveries et autres hallucinations que l'on peut avoir en étant réveillé, les rêves représentent les phénomènes psychiques éprouvés au cours du sommeil. À vos souhaits. Comme d'habitude, les mouches savantes sont passées par là pour filtrer une certaine réalité "acceptable" du commun des mortels "civilisés", partant sans réfléchir dans l'analyse du cerveau, soit avec la parole (psychologie), soit avec des machines-robots (neurosciences). Pour les Aborigènes d'Australie, le rêve est à la fois la création de l'Univers, le reflet du quotidien (rêves "normaux") et d'éventuelles prémonitions ou messages plus ou moins confidentiels, en relation ou non avec le Temps du rêve. Bref, encore d'autres significations, pour les guerriers et sorciers de Castaneda, il y a les rêves basiques, et les rêves "lucides", dans lesquels on a conscience de rêver, et où l'on peut percevoir d'autres mondes aussi réels que le notre. On a d

up

Same same but… different