Back to top

Compréhension

Ca y est. Rentré. Après avoir passe la paranoïa anglaise, qui pense franchement que je pourrais détourner un avion avec quelques guimbardes rajasthanes, alors qu'on a tous des stylos plus ou moins pointus... J'aime pas l'angleterre. Ce caniche des USA, comme disent certains... Bref.

Les réflexes restent un peu et je m'étonne de pouvoir boire de l'eau du robinet, de ne plus entendre de cacophonie de klaxons sur les routes, lisses comme le crane d'un moine bouddhiste fraîchement rasé... Les petites routes qui me mènent alors à la bulle abandonnée de Malville m'émerveillent, même si le décalage horaire et les nuits de 4 à 5 heures ont raison de mon éveil. En plus nous sommes en transporter VW, synonyme à la fois d'espace et d'ambiance zen, à l'opposé de mon dernier trajet en train indien... Ah... comme je le disais, la France, c'est bien !

Reste la tâche laborieuse mais néanmoins jubilatoire du développement des 150 rouleaux qui ont fixé -inchallah- la lumière et donc les situations. Et si j'ai bien fait mon boulot pourquoi pas aussi les émotions l'état d'esprit et le passé parfois lourd de mes patients. Ce passé, on peut parfois le lire dans les yeux, les rides, les traces laissées sur le visage. Certaines études concluaient par exemple qu'une personne à forte compassion analysait plus facilement toutes les petites expressions du visage, comprenant du même coup davantage les émotions et états d'esprit des gens. Cela est très intéressant pour comprendre les personnes, savoir qu'elles ont vécu des épreuves avant même qu'elles en parlent. Parfois leur apporter notre aide sans même en avoir eu la demande... Répondre à une question avant qu'elle ne soit formulée...

Same same but… different

up