Back to top

Encrage BD : plume ou pinceau ?

C'est une question que se posent de nombreux dessinateurs de BD ou illustrateurs : que vaut-il mieux utiliser : la plume ou le pinceau ?

Et c'est une question que je me epose finalement : je ne suis pas content de mes pages, et je comprends que je ne prends pas plaisir avec :

  • ce papier manga type bristol lisse et donc pas très "vivant"… plutôt mort en fait
  • ces plumes qu'il faut changer toutes les 5 minutes : plume G pour les contours des personnages (peut faire des pleins et déliés = grosse variation d'épaisseur du contour), plume Maru pour les ombres et détails internes (plus fine que la G), plume Tama (ou Saji)pour les décors (même épaisseur)

Je décide donc de revenir à mes bases et même d'ailleurs aux bases du manga, au temps de la peinture zen bouddhiste, avec les 4 trésors du lettré japonais (ou chinois).

  • du papier qui pompe bien, coton pour moi (Fabriano artistico aquarelle 300g traditionnal white)
  • un seul pinceau (Raphael 8402 taille 3)
  • de l'encre de Chine en bâton (encre 101) que l'on dilue sur…
  • une pierre à encre (perso j'ai la Songkeng et Luduan extrafine mais une pierre basique pour commencer fera l'affaire)

Et là enfin je retrouve du plaisir !! Fluidité, souplesse, dextérité… en un mot sensualité ! Le tout dans une odeur de sève de pin : d'où provient la vraie encre de chine ?? du noir de fumée d'arbres brûlés (et parfois d'huile)
Le résultat parle de lui-même, même si entre temps, au bout de 9 pages, j'avais pris en main un peu plus ce personnage.
+ : au pinceau, il est beaucoup plus simple de faire des noirs, ou des traits plus épais, et donc de donner du volume !
- : le pinceau est parfois moins précis : pour les yeux pas exemple, je continue avec une plume. J'ai donc repris mes 9 pages, écriture comprise…

Conclusion : il n'y a pas de conclusion définitive sur cette question existancielle de la plume ou du pinceau : tout dépends :

  • de ce que l'on fait : un rotring est très bien pour dessiner un robot, alors qu'une plume G rend le trait plus vivant (adapté aux personnages), une maru détaillera bien les yeux, alors qu'un pinceau est excellent pour les cheveux et tout ce qui est poils etc.
  • de ce dont on a l'habitude : Franquin est passé de la plume au pinceau sur Gaston. Mais le pinceau demande habitude, et inversement. Le meilleur matos reste souvent celui dont on a l'habitude (à partir du moment où c'est du bon matos, hein, parce qu'un pinceau bas de gamme, sans résistance, sans pointe, fera toujours de la merde…)
  • du support : un pinceau sur bristol peut baver davantage que sur coton à grain, mais offrira des lignes pures, dont je ne suis pas fan d'ailleurs…

Donc il faut tester le matériel, sur divers support, et pour divers types de dessins, genres de BD etc…

Same same but… different

up