Back to top

30 minutes pour changer une vie

30 minutes pour changer de vie en mangeant mieux : j'y reviendrai dans des BD et autres, et j'en parle d'ailleurs dans le fanzine Beta #8 : je vais changer de vie. C'est maintenant. Ici. Préambule :

Régénère, association de Thierry Casasnovas : retrouver ses vidéos

Comme j'en parlais dans ma BD sur mon attirance pour le sucre (voir l'épisode Indonésie #2 du fanzine Beta #8, et son édito), ce qu'on mange peut être aussi bien à l'origine de toutes nos maladies, que nous donner une énergie de dingue tout en restant hyper-zen.

La vidéo ci-dessus pourra vous faire halluciner (si vous êtes super bien formaté.e par nos sociétés modernes de consommation outrance), et/ou vous parler car je suis sûr que chacun.e d'entre vous a parfois des baisses de formes, de la fatigue chronique, des sinusite ou rhinite chroniques, myopie, douleurs articulaires, manque de motivation ou manque de libido, problème de peau (psoriasis, champignons et compagnie), désordres digestifs (ballonnements, constipation, flatulences et éructation…), tumeurs et cancers, calculs rénaux ou biliaire, infarctus etc etc.

Simple comme cru

Ce que j'aime dans la méthode de Thierry Casasnovas, c'est qu'elle insiste sur le positif, et ne joue pas sur les peurs du style il ne faut pas manger ceci ou cela parce que c'est mauvais, ça cause le cancer etc. comme on l'entend de plus en plus souvent. En fait, si on écoute toutes les théories et régimes existant, on va finir par ne plus rien manger et par ne plus savoir ce que qui est bon : ne plus manger de sucre, de céréales, de gras, d'édulcorant, d'aliments cuits au four etc. etc.

Si on se met à manger cru, tout devient beaucoup plus simple : il ne reste que des "bonnes" choses = des légumes, des fruits, des graines. Basta. tout le reste, comme les céréales, les sucres ajoutés, la bouffe industrielle etc. et les aliments qui doivent être cuits n'entrent pas dans ce nouveau régime. Donc c'est simple : on privilégie le cru, et c'est forcément bon, et c'est très simple puisque le simple fait d'être cru met de coté tout un tas d'aliment, à commencer par les céréales, les légumineuses, la bouffe industrielle etc. Se focaliser sur ce qui est bon (et qui n'est pas forcément ce dont on a envie, hein) n'engendre pas de peurs, si ce n'est la peur sans fondements de manquer de protéines. En se mettant au cru, on a grand intérêt à se mettre aussi au biologique et à ne plus éplucher les légumes et fruits, dont on profitera au maximum des vitamines contenues dans la peau.

Pour celles et ceux que ça rebutte, il suffit de privilégier le cru, et pas forcément manger que du cru du jour au lendemain : commencer par manger davantage de salades en début de repas et de fruits en fin de repas ou en encas. Manger cru vire aussi tous les gâteaux (qui sont en général cuits) et donc le sucre addictif qu'ils contiennent. Cool !

L'essayer c'est l'adopter !

Le deuxième bon point des vidéos de Thierry, c'est qu'il ne veut pas forcément imposer son régime, mais propose d'essayer de manger cru, ou au moins d'augmenter sa part de cru dans notre alimentation, et de constater les résultats. Attention cela dit, on peut avoir suite à un passage au cru des crises de détoxination : par exemple si vous aviez une rhinite, il se peut qu'elle deviennen plus forte un moment, le temps d'évacuer davantage de toxines. Idem pour les maladies de peau, mais après un temps, ça se nettoie complètement et la maladie s'en va. Ne pas confondre donc une éventuelle crise de détoxination avec le fait que la maladie empire. C'est juste un symptôme de nettoyage.

Attention également de ne pas manger trop de fruits : les légumes sont ultra nécessaires, notamment pour contrebalancer l'acidification de certains fruits.

Alimentaire mon cher Watson… mais pas que

Et oui, on peut guérir en mangeant mieux, guérir en faisant des jeûnes, guérir en éliminant de son alimentation certains produits inflammatoires tel que le gluten et les produits laitiers etc. Mais aussi guérir en changeant de mode de vie, en changeant de travail ou de lieu de vie… car l'alimentation ne fait pas tout. Le stress (psychique, psychologique, physique, électromagnétique etc) suffit à acidifier notre sang et à créer toute sorte de "maladies".

Maladie et symptômes : les comprendre

Ces maladies s'expriment par des symptômes comme du Psoriasis par exemple, qui ne sont rien d'autres que des alertes lancées par notre corps : "attention, tu dois changer" d'alimentation, de mode de vie, de maîtrise de ton stress… C'est tout le concept de maladie et de symptôme qui est à revoir : tu as une tumeur, un cancer ? C'est juste ton corps qui te demande d'arrêter de fumer, d'arrêter de manger le téfal de tes poêles, d'arrêter de te faire de la bile car ton patron te terrorise… Tu as une maladie de peau avec des champignons ? Ta sueur est trop acide = ton sang est trop acide = tu stresses trop et/ou ton alimentation est trop acidifiante = trop de céréales / sucre et pas assez de légumes… Tu as une sinusite/rhinite chronique ? Il est temps d'arrêter les produits laitiers et le blé…

La liste est super longue et chaque symptôme ne doit pas être bêtement éradiqué ou effacé par un traitement symptomatique comme le fait si bien notre cher médecine occidentale moderne… Non ! Si on ne change pas plus profondément les choses (alimentation, facteurs de stress…), le symptôme reviendra et reviendra encore… Vous aurez beau prendre tous les anti-inflammatoires du monde pour votre rhinite ou maladie de peau ou de colon irritable, tant que vous ne supprimerez pas la cause de l'inflammation (les produits laitiers et/ou les céréales en trop grande quantité par exemple), votre "maladie" reviendra. Sans cesse. Et heureusement ! Car si la douleur n'existait pas, on se casserait des os constamment. De même, si le symptôme n'existait pas, on ne s'apercevrait pas qu'on est sur la mauvaise voie, et qu'il faut que l'on change. Accueillons donc nos symptômes juste comme des signaux d'alarme et/ou comme des stratagèmes de notre corps pour éliminer des toxines ou des éléments néfastes à notre bien-être (diarrhées, vomissement, toux, fièvre…).

La maladie qui vient de nulle part ou les limites de la médecine allopathique

Ce qui me faisait halluciner quand j'étais véto, c'était de voir que des maladies étaient "idiopathiques", c'est à dire qu'on ne sait pas d'où ça vient. Quoi ? Avec le degré d'avancement de notre médecine, il y a encore des maladies dont on ne connaît pas la cause ? Non, je veux dire la vrai cause ? Parce que certains vous diront que le Psoriasis est dû à un champignon, et qu'il faut donner un antifongique bla bla bla et que tout va rentrer dans l'ordre… Comment peut-on être aussi stupides ? Comment peut-on se dire médecin si on donne juste un médicament anti-symptôme et pas plus ? C'est ça la médecine moderne ? Quelle merde. La page wikipédia du Psoriasis dit qu'il ne se guérit pas. Et c'est ce que pensent bon nombre de médecins. Mais un changement alimentaire, associé à une remise en questions de nos choix (de travail, de lieu de vie, de famille…), de nos stress, à un jeûne… en viendront à bout ! Comment peut-on oser dire qu'une maladie de peau est normale et qu'on ne peut pas en guérir ? Il serait grand temps d'avouer nos faiblesses en matière de médecine.

La maladie chronique : une aubaine pour les médecins et les laboratoires pharmaceutiques

La médecine allopathique (du trio symptômes-maladie-médicament) est une grosse me*de car elle est complètement dépassée. Et elle fait croire qu'elle guérit alors qu'en fait elle ne fait que supprimer les symptômes, supprimer les sonnettes d'alarme ou les systèmes de guérison de notre corps, pour nous faire croire que "Ça y est, je suis guéri.e, tout va bien"… je peux continuer à manger n'importe quoi, à me laisser martyriser par mon patron ou mon conjoint.e sans rien changer : je n'ai plus de symptômes, je ne suis plus malade. Et la médecine allopathique (du médicament) prospère car notre maladie revient, notre maladie est sans doute d'origine génétique, notre maladie est d'origine inconnue, notre maladie est inéluctable… Quelle aubaine ! Notre médecine va pouvoir encore nous gaver de médicament jusqu'à la fin de nos jours !! Imaginez un peu tout l'argent que cela représente… Tous les médecins que nous allons engraisser… Quel joie et quel bonheur !

C'est ça. La vie. Maintenant. Dans nos sociétés dites "développées", avec notre médecine hyper-moderne. Je ne dis pas que tous les médecins sont nuls (de toute façon, l'éducation même est pourrie : on leur apprends à être de fidèles toutous vendeurs de médicaments), et heureusement, il y en a qui utilisent d'autres médecines comme l'homéopathie, le magnétisme (reiki…) et qui vont à la cause réelle, aux vraies origines de nos symptômes et ne rejettent pas toute la faute sur une bactérie (en prescrivant des anti-biotiques), un champignon (en prescrivant des anti-fongiques) ou sur la génétique. Car encore une fois, si un champignon ou une bactérie se développent anormalement, c'est que notre terrain leur est favorable : nous sommes fatigué.es, stressé.es, mangeons des aliments inadaptés… et c'est là-dessus qu'il faut travailler !

La médecine du futur

La médecine du futur n'existera pas. Elle sera absente. Inexistante. Car nous sauront nous alimenter correctement (principalement des fruits, légumes et graines biologiques). Nous saurons vivre dans des milieux de vie et de travail adéquats, sans stress… Nous saurons trouver les vraies origines de nos symptômes et les accepter. Il existera sans doute une médecine réparatrice pour les accidents, les fractures etc. et une médecine des autres corps que le corps physique (sur lequel se base exclusivement la médecine allopathique, c'est dire si ell est limitée) : corps ethérique (reiki, magnétisme…), corps émotionnel, mental, astral… Alors des médecines comme le chamanisme feront leur apparition, seront considérées comme bénéfiques et utiles pour travailler sur des corps auxquels les autres médecines n'ont pas accès.

En Chine, les guérisseurs ne sont pas payés tant que vous êtes malades. Un bon médecin (même en France !) devrait avoir une salle d'attente vide : aucun patient de ce médecin n'est malade car il connaît les vraies origines des maladies et sait vous éloigner de la maladie pour longtemps. C'est alors et alors seulement, quand vous allez bien et que vous ne le voyez plus, qu'il devrait gagner de l'argent. Si un médecin gagne de l'argent quand vous êtes malades, alors il y a déjà à la base un très gros conflit d'intérêt. Les médecins (comme les vétérinaires pour les vaccins) ont intérêt à entretenir vos maladies et à vous faire revenir régulièrement, plutôt que vous soigner définitivement.

L'acteur, c'est vous

Heureusement, une fois de plus, libre à nous de trouver des médecins qui sont bons et pratiquent d'autres médecines que la supercherie du médicament. Alors ces types de médecines se développeront. Nous apprendrons à écouter les symptômes que notre corps nous donnent : nous devons changer, ou bien nous serons des éternels malades. Nous devons comprendre. Et changer les éléments de notre mode de vie qui ne nous satisfont pas. Ce n'est pas la voie de la facilité, mais c'est celle de la réussite durable. Je suis heureux d'être sur cette voie. Et vous ?

Same same but… different

up