Back to top

J092 /// Fin du monde

Putain. Plus que quelques heures à vivre tout au plus. Que faire ? Baiser à mort ? S'envoyer un sachet de psylos ou une boite de Prozac en fumant un gros joint entre deux whisky remplis de GHB ? Histoire d'oublier qu'on a vécu, qu'on était là avant de mourir ? Tenter de passer les barages de poulets et gravir le mont Bugarach ? Puis baiser à mort avec les hippies ou les journalistes qui nous ont déjà baisé ? Pactiser avec le diable et lui vendre notre âme contre l'immortalité ? Se faire sucer par un vampire ? En lui faisant promettre avant de ne pas mettre les dents ? Non. Très peu d'entre nous feront cela. Soit parce qu'on est déjà morts soit parce qu'on ne croit pas cela possible (en particulier pour le vampire) et que l'on ne pense pas à notre propre mort... pas assez en tout cas. Dommage, ça pourrait nous permettre de vivre plus, mieux, ou plus intensément. Et finalement, en fait, c'est peut-être ça la fin du monde; penser col]ectivement à notre fin possible et proche, pourrait nous rendre soit hystériques, le jour du 21 déc., et se mettre la têté à l'envers, au cas où, soit, si rien ne se passe autre qu'une grosse gueule de bois, changer son comportement et ses habitudes, ce qui de toute façon est irrémédiable: penser à l'avance à sa propre mort est source d'évolutions, si ce n'est de chan gements cruciaux, consciement ou inconsciemment. Sérieux, vous aviez déjà réfléchi à votre propre mort ? La tête des gens en vous retrouvant étouffé dans votre propre vomi un soir de beuverie ? Ou retrouvé écrasé dans votre bagnole façon sardine à l'huile, le portable à la main ? C'est sûr que personne n'osera le dire mais tant de monde le pensera le jour de votre mise en bière ou de votre "human bar-b-que party": quel(le) conn(e). Et là vous vous dites, finalement, ce serait un bon plan la fin du monde façon apocalypse... Qui sait ? On pourrait peut-être même jouer les héros. Style sauver une bonasse aux gros seins (c'es

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…