Back to top

J100 /// Des petits bouts

Ca y est. Je viens -à nouveau- d'accomplir mon rituel. Elles sont toutes mortes. Coupées en petits bouts au fond de la poubelle. Enfin toutes, c'est à dire pas grand nombre. Juste quelques unes. En petits bouts. Au fond de la poubelle. C'est sûr que ça fait pas vraiment de moi un homme nouveau. En petits bouts. Mais ça m'évitera peut-être de continuer à être une poubelle. Same same but different qu'ils disaient. Je reste donc le même, mais pas tout à fait. Après, c'est pas la première fois que je fait ça, et -qui sais- peut-être pas la dernière non plus. Mais bon, c'est trop tard, tous les petits bouts sont bien éparpillés dans la poubelle, et donc bien mélangés aux détritus. C'est sûrs, elles sont découpées en petits bouts irrécupérables. Au fond de la poubelle. Je suis donc sûr qu'elles sont toutes mortes, et que si jamais J'entends des voix sortant du fond de la poubelle, ce ne sera que mon imagination débordante et maladive. Ce ne sera pas elles. Puisqu'elles sont éparpillées. En petits bouts. Dans la poubelle. Cette irrémédiable décision est apparue comme par miracle, comme à chaque fois, alors que je jouais du didgeridoo dans la baignoire. Je ne crois pas que la baignoire ait eu une quelconque influence là-dedans, mais je pense plutôt que j'en avais juste ral-le-cul de les voir, de les sentir, de sentir leurs ongles me griffer de l'intérieur, en s'aggripant désespérement au fond de ma bouche par exemple, puis, pour celles que je n'avais pas assez mâchées, ou que je m'amusais à avaler tout rond, les longues griffures le long de mon oesophage, ou de ma trachée en cas de fausses routes. Bref, ce mal de gorge était le prémice d'un arrêt brutal -de toute façon, arrêter une telle dépendance est toujours brutal, à la fois pour le dépendant et pour les dépendantes-. Une fois la décision prise, la seule en fait possible sur le long terme, il faut faire vite, ne pas trop les regarder ni les écouter -parce que sinon

Same same but… different

up