Back to top

J102 /// Put'coffee

Tiens, ça fait quand même bizarre d'avoir perdu le "J0.. " et d'être passé en "J1..". Bref. Je ne sais pas pour les autres, mais c'est véritablement quand on arrête les p'tites putes qu'on se rend vraiment compte à quel point elle se sont immiscées profondément dans nos vies. Elles en font partie intégrante, à 100 ou 150%: elles prennent le café avec nous, sont notre béquille du réveil, partagent nos angoisses les plus terribles, nous font speeder dans les grands projets, ceux qu'on termine la nuit ou au petit matin, elles se couchent avec nous, ou du moins en même temps, et pour ce qui est justement de coucher, elles sont souvent là pour ajouter une couche à la plénitude ressentie après la baise... à moins que ce ne soit uniquement de la jalousie ? Allez savoir ? Elles prennent tellement leur job à coeur, que ça ne m'étonnerais qu'à moitié qu'elles se croient seules détentrices de doses de bonheur, et ne veuillent pas partager cela, surtout si c'est avec une autre femme... Bref, après avoir partagé les moments les plus importants de sa vie avec elles, et même parfois la moitié de sa vie, voire plus, il est normal que l'on soit déboussolé quand notre doc., ou notre corps, qui est finalement pas autre chose que notre doc. à domicile, tire la sonnette d'alarme et nous dise, d'un ton solennel: "les p'tites putes, c'est fini"... Et même quand nous sommes nous-même à l'origine de cette rupture douloureuse, c'est pas évident de renier cette relation libidineuse, cette relation à la fois amicale et sexuelle. Puisque ce n'est rien d'autre que cela. Inutile de se voiler la face: on paie pour s'injecter du plaisir. Rien d'autre. Même si les fabricants ont su ajouter une dose de libido en même temps que la dose habituelle de nicotine, désormais contenu dans un mini-corps dodu et sexy à souhait, et dont les procédés de fabrication n'ont jamais été ni dévoilés, ni même expliqués. Même les plus grands scientifiques ont du mal à émettre des hypothèses quand aux mystères soulevés par ces petits corps presque parfaits. S'agit-il de clonage ? On pourrait en douter, puisque Put'Prod, le leader sur le marché de la petite pute, garantit que même si vous fumiez pendant 138 ans (ce qui est de nos jours l'espérance de vie moyennes dans les hautes sphères... autant dire que peu de personnes en arrivent à cet âge avancé...) , en imaginant que vous gobiez votre première p'tite pute directement à la sortie de votre biomo-placenta... ce qui doit arriver de temps à autre, puisqu'il parait que certains bioincubateurs en consomment, même s'ils ont été implantés. Bref. De quoi nous faire gamberger encore longtemps sur les origines de ces p'tites putes, si parfaitement addictives qu'elles nous feraient ramper devant le siège de production de Put-prod, nu s'il le faut -ou si, en tel manque que vous en ailliez oublié de vous fringuer- à essayer de glaner un ou deux échantillons gratuits, de quoi tenir une demi-journée, ou jusqu'au lendemain...

Same same but… different

up

Laisser un commentaire…