Back to top

La voie du Chamane : le travail de Michael et Sandra Harner

La voie du chamane retrace le travail de Michael et Sandra Harner, à l'origine de la fondation d'études chamaniques.

 

La voie du chamane, à lire en activant ou pas les sous-titres anglais / français

Michael Harner

Michael Harner a découvert le chamanisme dès la fin des années 1950 : il a étudié et pratiqué le chamanisme chez des peuples autochtones du monde entier, comme les Shuar (Jívaros), les Conibo et d'autres peuples traditionnels de Haute-Amazonie, ainsi que chez les Pomo et les Salish de la Côte Nord-Ouest des États-Unis. Il a été initié à la pratique dans ces peuples, comme il l'explique dans son ouvrage La Voie du Chamane, publié en 1980 aux États-Unis sous le titre The Way of the Shaman.

Il est également le fondateur et le président de la FSS, la Foundation for Shamanic Studies (fondation d'études chamaniques), dont le siège est à Mill Valley, en Californie.

Le chamanisme occulté retrouve sa place omniprésente

Il y a toujours existé des chamanes dans toutes les cultures, et ce depuis des dizaines de milliers d'années. Mais le colonialisme, puis la religion et enfin la science ont voulu occulter ces pratiques, car elle leur fait de l'ombre : "les religieux catholiques et autres ne voulaient pas de personnes pouvant discuter directement avec dieu… elles voulaient que les gens passent par eux", par leurs prêtres et tout le toutim.

Les religions (et pire, ce qu'elles sont devenues, avec tous les enjeux et envies de pouvoir des uns sur les autres) ont vraiment eu (et ont toujours) un rôle catastrophique sur la paix dans le monde, et sur la confiance que l'on peut avoir en soi : vous pouvez tout ! Atteindre le nirvana, communiquer avec le monde des esprits ou de la conscience collective, appelez-le comme vous voulez. Pas besoin de prêtre, de pape prechi precha et de toutes ces conneries avilissantes. Découvrez par vous-même cet autre monde à la portée de tous et toutes. Sans dogmes. Sans dieu. Plein de liberté.

Bien sûr, si vous décidez de prendre un jour ou l'autre le chemin des plantes (à l'étranger car en France elles sont, pour l'instant, interdite), il vaut mieux être accompagné par un shaman qui connaît bien l'affaire. Mais sachez que ce n'est pas la voie la plus simple, ni la plus pratiquée (loin de là).

Le "core shamanism" : la base chamanique

Le chamanisme est à la portée de tout le monde. En voici les étapes, quelque soient le type de chamanisme, ce que Michael Harner appelle le core shamanisme, la base ou noyau chamanique :

  • rentrer en transe grâce à la danse, le chant, la pratique du tambour, les plantes etc.
  • notre conscience entre dans un état de conscience modifiée (ou État de Conscience Chamanique ECC)
  • nous rentrons en contact avec des esprits de l'autre monde (monde d'en bas, du milieu, d'en haut)
  • ces esprits nous aident à guérir et aider autrui

Simple, net et précis.

Découvrir, connaître, transmettre le chamanisme : la FSS

Michael Harner, à travers ses livres comme La voie du chamane, mais aussi à travers sa Foundation for Shamanic Studies (FSS ou fondation d'études chamaniques), étudie, mais aussi enseigne et préserve les cultures et le savoir chamaniques, et nous invite à en faire partie.

Le séminaire de base de la FSS commence avec une introduction au chamanisme. Les participants utilisent le son du tambour afin d'expérimenter la technique du voyage chamanique. En voyage spirituel dans les mondes de la réalité non ordinaire, ils rencontrent leur animal de pouvoir personnel et leur guide spirituel et apprennent à recevoir des réponses à leurs questions. Ils apprennent également à intégrer ces messages dans la vie de tous les jours. Ensemble, nous nous initions au travail avec les forces de la nature.
Note : Il est nécessaire d'avoir suivi le séminaire de base FSS avant de s'inscrire aux séminaires avancés.

Les séminaires avancés :

  • extractions chamaniques : d’un point de vue chamanique, la maladie et les obstacles que nous rencontrons sur notre chemin sont provoqués par la présence en nous d’énergies ou d’esprits qui ne nous appartiennent pas. Le but des extractions est de faire sortir ces éléments indésirables du corps. Dans certaines cultures traditionnelles, les chamans sont appelés « sucking-doctors », parce qu’ils aspirent littéralement la maladie avec leur bouche. Ce séminaire vise à apprendre diverses techniques d’extraction, seul ou en groupe, ainsi qu’à se protéger au moment de l’extraction. Il est au centre du travail chamanique.
  • rêves chamaniques : pour les chamanes, les rêves constituent à la fois la source et la trame de la réalité. Les chamanes y puisent de la sagesse et de la créativité, et utilisent les rêves comme de véritables outils de travail afin de développer leur capacité à agir dans toutes les réalités, ordinaires et non ordinaires.
  • danses de vision : dans ce séminaire expérimental, les participants utilisent une méthode de groupe pour « sortir du temps » afin de retrouver les connaissances perdues de leurs ancêtres à travers une expérience de vision. Une attention particulière sera portée à la récupération de rituels de soins perdus et de nouvelles compréhensions, c’est l’objectif traditionnel de cette méthode. La danse ne constitue qu’une part mineure du stage, la majeure partie du temps étant accordée pour comparer les visions, exécuter les rituels retrouvés et expérimenter leur pouvoir. Les participants doivent aussi être enclins à des travaux expérimentaux.
  • chamanisme et créativité : la créativité est une impulsion pour nos vies. Son origine est ancienne et elle est à la fois fondamentale et complexe. On la retrouve autant sous la forme d’expression artistique que dans la capacité à résoudre des problèmes de façon créative, et ce dans tous les domaines de vie. Le chamanisme nous propose une nouvelle approche pour cultiver notre potentiel créatif dans les deux aspects. Les fortes connexions entre chamanisme et capacités créatrices permettent aux participants d’améliorer les différentes formes de leur créativité à travers la pratique de méthodes chamaniques.
  • mourir, la mort et au-delà : les chamanes ont un rapport très intime avec la mort. Elle est, d’une certaine manière, l’une des principales sources de leur inspiration et de leur force. Le travail sur l’esprit des morts et sur le deuil, qu’il soit personnel ou familial, permet de faire circuler une énergie de guérison, en libérant les âmes et en les guidant vers l’au-delà (psychopompe). Ce séminaire vise également à développer une familiarité avec la mort à l’aide de voyages chamaniques exploratoires.
  • recouvrement d'âme (Core Soul Retrieval) : les chamanes sont également appelés « appeleurs d’âmes » parce que l’une de leurs principales tâches consiste à rétablir l’intégrité de leurs clients en allant chercher les parties d’eux-mêmes qu’ils ont perdues durant leur vie. Ce travail d’une importance capitale dans des cas de traumatismes, dépressions, accidents, violences, etc., est au centre de la pratique des chamans. Durant ce séminaire intensif, nous apprenons à utiliser les techniques du voyage chamanique pour aller récupérer les âmes qui se sont perdues dans la réalité non ordinaire. Il est important d’avoir une pratique régulière de rituels et de voyages chamaniques, ainsi qu’un bon contact avec ses alliés de l’autre monde pour entreprendre ce travail. Ce séminaire offre également un éclaircissement sur ce que signifie « vivre après un recouvrement d’âme » : comment intégrer son âme et créer une vie plus propice à son développement et à son bien-être ?

La carte de la réalité non ordinaire

Il existe une cosmologie, une carte du monde non ordinaire, du monde des esprits, que Michael Harner a révélé (les citations ci-dessous se réfèrent au livre Le chamane et le psy de Laurent Huguelit et Olivier Chambon) : 

  • le Monde d’en bas, c’est le monde lié aux énergies de la Terre. Plus spécifiquement, ces énergies telluriques sont reliées à ce que l'on appelle les esprits animaux, les esprits qui guident le chamane dans son voyage chamanique. On les appelle aussi animaux de pouvoir ou animaux de force. Ce serait le monde où l’instinct prime, l’instinct qui est le principal outil du chamane. Le monde d’en bas serait un monde typiquement chamanique selon Huguelit.

  • le Monde du milieu, c'est celui dans lequel nous vivons en ce moment même, en y ajoutant sa face invisible à l'œil nu. C’est-à-dire que tout ce qui nous entoure est fait d'énergie et communique avec nous sous la forme d'esprit : toutes les plantes, les arbres, les objets, les personnes qui nous entourent sont des esprits. Ces esprits seraient la face spirituelle de notre monde matériel. Les esprits qui habitent le monde du milieu sont liés à la vie, à la mort, à la personnalité et à l'ego.

  • le Monde d’en haut, c’est celui des énergies purement spirituelles. Nous en avons une perception restreinte. Dans ce monde, tout est très spirituel, tout est très zen et tout est très beau.

La guérison chamanique

Certaines médecines sont spécialisées dans les massages, les plantes etc. Le chamanisme est spécialisé dans la guérison spirituelle de la maladie en relation avec les esprits.
La médecine occidentale n'est pas assez complète dans son traitement ; elle est tellement spécialisée ou focalisée sur un organe qu'elle en oublie l'individu, son passé, le coté psychosomatique, et les problèmes spirituels qu'une personne peut avoir. De plus en plus de personnes ayant des maladies chroniques notamment (qu'on "ne peut pas soigner définitivement" selon la médecine occidentale du médicament) se dirigent d'elles-mêmes (grâce à la masse d'information sur internet) vers des médecines dites alternatives ou pseudo-sciences (je trouvais ce terme péjoratif au début, mais c'est très bien de se dissocier des sciences, finalement). De plus en plus je trouve que notre médecine occidentale du médicament est complètement nulle, car elle agit quand il est trop tard et a vite fait d'ajouter du mal, de nuire d'avantage (comme l'exemple typique des anti-cholestérols qui donnent des calculs biliaires etc), et elle ne comprend rien à ce qu'il se passe réellement dans un corps pour la simple et bonne raison qu'elle se limite à ce qu'elle connait : 10% des interactions physico-chimiques, niant (tant qu'elle ne réussira pas à les mesurer) les énergies qui traversent, animent et entourent notre corps, et qui sont démontrées et utilisées par des dizaines de pratiques et des centaines de pays : acupuncture, shiatsu, reiki, magnétisme, yoga, médecine ayurvédique, rebouteux… et chamanisme.

Je pratique personnellement de plus en plus la politique du "trust no one" (oui, de mulder dans X-files) : je me méfie et doute de tout ce que je lis et de ce qu'on me dit, mais j'expérimente et je choisis de suivre telle ou telle voie. Votre médecin vous programme une mort certaine dans 3 mois et ne vous propose rien d'autre que des traitements médicamenteux (faut bien faire vivre les laboratoires pharmaceutiques…) palliatifs ? Enfuyez-vous en courant ! Renseignez-vous sur internet et allez voir d'autres médecines comme la naturopathie, l'ostéopathie, la nutrithérapie etc… et le chamanisme.
Ne croyez donc pas tout ce que vous allez lire ici : expérimentez ! Et faîtes-vous votre propre opinion ! Sans vouloir changer les autres ensuite de manière despotique parce que vous avez tout compris et que vous vous prenez pour un.e chamane avancé.e…

Le pouvoir spirituel

Le pouvoir des chamanes est comme un système immunitaire spirituel contre la poisse et la maladie. C'est un pouvoir que l'on ressent à l'intérieur de soi et on sait immédiatement si ce pouvoir est en nous : on sait que l'on peut guérir. Mais ce pouvoir doit aussi être utilisé à de bonnes fins (aider et guérir par l'apposition des mains par exemple) car il peut y avoir de l'abus.

Cela dit, le chamane à le pouvoir de voyager dans les mondes et de contacter / se faire aider pas les esprits, mais il n'a pas non plus un max de pouvoir en lui : ce sont les esprits et le "patient" qui font le boulot. Le chamane sait voyager, sait communiquer avec les esprits, sait extraire un esprit, sait retrouver une partie d'âme etc. Mais le chamane ne doit jamais être un gourou, jamais mis sur un piedestal : "les maîtres, c'est vous", disait Jean Michel Gassend lors des rencontres chamaniques de Fonroque. Le chamane ne doit pas avoir de pouvoir sur vous, d'autant plus s'il est un homme et vous une femme / fille.

Chamanisme et drogues psychédéliques

Michael Harner a "ironiquement" comme il dit, commencé toute cette expérience avec l'ingestion d'ayahuesca, comme il l'a écrit dans La voie du chamane. La prise d'ayahuesca est maintenant devenu très populaire voire touristique, et c'est bien si les personnes en prennent d'une manière adéquate (connaître un peu le chamanisme avant, être surtout bien encadré, avoir dièté…), mais elles n'ont pas forcément de respect pour les esprits de la plante et pensent parfois que les effets sont uniquement dus à la plante.

Les trésors vivants

Dans des régions où le chamanisme était en danger, des chamanes anciens et compétents ont été édifiés comme "trésors vivants" et ils ont été soutenus par la fondation d'études chamaniques FSS pour les encourager à transmettre leur savoirs et à former la prochaine génération de chamanes. Si cette transmission fonctionne, alors la tradition peut vivre à nouveau. Leur savoir est donc préservé.

Le conservatoire des savoirs chamaniques

Ce conservatoire réunit des matériels chamaniques collectés depuis plus de 50 ans : archives de pratiques chamaniques, matériels indigènes, notes, livres… Il y a notamment des notes qui ont été numérisées sur 396 cultures chamaniques à travers le monde. Par exemple, une coiffe de plumes provenant du nord de la Californie représente un des objets qui ont parfois disparus ou ne sont plus connus. Les tambours sont aussi collectés pour étude et préservation, sans être joués.

La connexion avec la nature

La fondation sur l'étude du chamanisme et le chamanisme lui-même, nous permet de comprendre les personnes et de retrouver notre connexion sacrée avec la nature, et de comprendre comment nous devrions traiter la planète, la nature, comment nous devrions vivre avec.

Nous avons perdu cette connexion qui est à mes yeux essentielle : les indiens d'Amérique du Nord disaient "le cœur de l'humain qui a perdu le contact avec la nature devient dur". Et c'est vrai ! Se balader en forêt, dans les campagnes, la montagne, en apnée ou en canoë sur une rivière ou un lac vous reconnectera avec la nature. Marcher pieds nus dans l'herbe aussi (ça me rappellera toujours Pretty woman, mais c'est tellement vrai…) nous redonnera de l'énergie et un bien être qu'on ne peux avoir dans les grandes villes dénaturées et bétonnées à souhait.

Nous avons tous le choix de notre mode de vie : vivre en ville, sur un bateau ou parcourir le monde en camion, à vélo ou même à pied ou en stop. Nous sommes tous responsables de nos choix. Nous pouvons tous quitter nos jobs et revendre nos maisons si l'envie nous en prend et enfin vivre une vie plus proche de la nature, et aussi de nos rêves… Dire je ne peux pas parce que bla bla bla, c'est s'enfermer dans ses propres limites. Il y a des centaines de familles qui vivent sur la route, sur l'eau, à l'étranger etc… On choisit volontairement de s'endetter comme des cons pour une maison, une voiture etc. Une fois que ce choix est fait, il nous faut effectivement travailler comme des cons pour payer tout ce matériel inutile à la vie. Et même néfaste à une vie légère, néfaste à la liberté d'esprit et de mouvement, néfaste aux rencontres… On ne possède pas des objets : les objets nous possèdent.

Le chamanisme, sans forcément le vouloir, offre une voie de guérison de la planète et des personnes, et ça va bien plus loin que la simple compassion (si intéressante soit-elle) : c'est ne faire qu'un avec les personnes, les animaux, la planète. C'est bien plus grand que nous-mêmes.

up

Same same but… different