Back to top

L'enfant intérieur, jardinier de l'âme - News de septembre

Voici la newsletter du mois de septembre !
Lire la newsletter en entier

L'enfant intérieur…

ou le jardinier de l'âme

Ça y est : les vacances sont terminées ! Enfin du moins pour celles et ceux qui en ont pris, et qui sont déjà… rentré.es.

J'espère que vous avez su lors de vos escapades physiques et spirituelles (re)trouver votre enfant intérieur, vous retrouver dans une joie introspective, libéré.e des contraintes de temps et de hiérarchie imposées par le taf. Car c'est finalement bien là aussi le but des vacances : au delà du repos physique du guerrier.e, on se retrouve dans notre espace intérieur, avec soi-même, prenant du même coup le recul nécessaire à la transformation, au bilan de vie professionnel comme personnel, et j'espère pour vous, à la prise de décision(s).

En y voyant plus clair et en étant davantage à l'écoute de nos envies, nous pouvons lancer une dynamique du mieux-être, par le changement intérieur. Petit à petit, nous commençons à cerner celui.celle que nous sommes, et ce que nous avons à faire sur terre. Et comment. Toujours dans le respect de l'autre et de la nature, mais avant tout dans le respect de nous-même. De notre enfant intérieur retrouvé. De nos envies profondes, en accord avec notre potentielle destinée, celle que nous chuchotent sans arrêt à l'oreille nos guides spirituels, mettant sur notre route les outils ou les personnes nécessaires à l'accomplissement de notre karma. Afin que nous trouvions, ici et maintenant notre place dans ce gigantesque puzzle qu'est le monde.

Oui, les vacances sont terminées, mais sachons (re)trouver quotidiennement le temps de jardiner les fruits du destin, offerts parfois sur un plateau lumineux par les synchronicités. Sachons voir et interpréter les signes, pour notre propre bonheur et celui de tous, y compris de la Terre mère. Celle qui nous porte et nous portera toujours.

@ très bientôt !
Obo le jardinier

— Karma accepter tu dois, car insistant lui être
-maître Jedi

up

Same same but… different